Un voyage avec un homme aussi charmant est une vraie sinécure. Même en voyage organisé en Grèce (quelle drôle d’idée, si jeunes, d’étriquer ainsi leur liberté dans un pays aussi facile à vivre !), tout se ramène à ses problèmes. S’il est pénible au premier degré, l’homme est forcément drôle au second, car c’est un aimant à problèmes. Il a, bien entendu, l’art, d’attirer des gens aussi conviviaux et fêtards que lui : une vieille fille randonneuse de Mayenne de poids, une famille catholique alsacienne sans humour, un couple de beaufs au mari costaud et violent… Bref, une jolie brochette de cas qui, mixés en salade grecque, savent faire oublier la vie quotidienne… et même les vacances !

Certes, on songe aux « Bronzés » ou aux « Randonneurs« , mais on peut faire comme Alex et bouder son plaisir par principe ! Or, il y a dans cet album des moments fort granguignolesques sur des décors éminemment pittoresques, dessinés avec précision alors que les personnages sont, eux, très caricaturaux. Rejoignez-les sans complexe à Batsi, sur l’île d’Andros, dans les Cyclades, avec ses monastères et ses paysages verdoyants.
Il faut indiquer que ce titre est finalement le tome 2 d’une série commencée en juin 2009, avec « Les Vacanciers » T1 (« Cuba tourista« ). Les héros sont les mêmes mais, curieusement, « Salade grecque » est annoncé comme un one-shot. Pourtant, c’est l’occasion de refaire en leur compagnie, la virée cubaine qu’ils proposaient. Le couple débarque alors à La Havane pour deux semaines de vacances. Autant Anna est ravie de ce quelle découvre, autant Alex est déçu, agacé, d’autant qu’il est très jaloux du succès rencontré auprès des hommes par son amie. Dès la douane, tout tourne mal pour lui. À l’hôtel, dans les taxis ou les cafés, rien ne s’arrange…

Cuba ou Grèce : des destinations touristiques idéales ? Tout dépend, on le sait bien, des bons voyageurs que nous sommes, confrontés aux touristes pénibles, qu’ils sont tous ! Le portait charge de ces mêmes vacanciers inadaptés laisse, du coup, peu de place à l’évocation de populations autochtones (qu’on aimerait plus présente) mais ces tranches de vie estivale, pleines de rebondissements, ne manquent pas d’atouts pour séduire et, surtout, pour distraire.
Alors, bons voyages !
Didier QUELLA-GUYOT (L@BD et blog)
« Salade grecque » par Yves Montagne
Éditions Vents d’Ouest (9,95 €)