On peut se demander si le prestigieux tandem a eu recours au piratage au cours de cette période passablement survoltée… Retour sur une époque où l’éthique artistique était souvent à géométrie variable…

Pendant les années de la Grande Dépression, la presse écrite, tout comme le cinéma et la radio, proposent leurs lots d’évasion à l’Américain moyen, empêtré dans ses problèmes financiers… Dans les journaux, les comic strips et les dessins de presse se succèdent à un train d’enfer et divertissent toute une génération. Comment travaillaient ces artistes ? Pour répondre à cette question, revenons aux prérogatives des dessinateurs de presse, emploi qu’occupait Joe Simon au Rochester Journal American de Syracuse (NY), dans les années trente, avant qu’il ne se rende à New York en 1939 pour travailler dans les comic books.

Un cartoonist devait produire des dessins de presse de façon quotidienne, représentant des personnages connus (les hommes politiques, acteurs, sportifs, artistes… faisant l’actualité d’alors) immédiatement reconnaissables pour le lecteur. D’où l’usage de photos de références… Le talent d’un dessinateur de presse se mesure encore de nos jours à l’idée derrière le dessin et à la composition de l’image plutôt qu’à sa réalisation… Joe était donc coutumier du recopiage, pratique que l’on doit bien admettre, compte tenu du but recherché, de la qualité à obtenir dans le très faible temps imparti.

Lorsque Joe et Jack commencent à travailler ensemble, les délais d’édition sont d’à peine trois mois pour un comic book, ce qui ne laisse que quelques semaines pour la réalisation des planches (il y a soixante-quatre pages dans les fascicules du Golden Age), un bon mois pour l’impression et un autre pour la diffusion.
On le voit, les délais sont extrêmement courts, d’où la fragmentation normalisée des tâches entre scénaristes, dessinateurs et encreurs dans la bande dessinée américaine (aspect qui déconcerte souvent le bédéphile européen).
Simon et Kirby doivent produire une dizaine de pages par jour, pour lesquelles ils écrivent les histoires, réalisent les crayonnés et une partie de l’encrage, sans compter les autres revues à monter, notamment chez Timely, et les équipes de scénaristes (quand ce n’est pas eux qui écrivent), de dessinateurs et d’encreurs à manager…

Comme on l’a vu dans la première partie de la biographie de Kirby, la technique développée par S & K (Simon et Kirby) est la suivante : Joe, qui a un très bon sens de la composition, élabore les couvertures et les splash pages, fait un prédécoupage sur des scénarios construits par Jack et lui, Kirby fait le dessin en tant que tel ; et Joe, seul ou assisté d’autres artistes, réalise l’encrage et parfois le lettrage…

Tout cela pour dire, que le tandem est passablement débordé et que les journées de travail dépassent largement les huit heures…
En conséquence, on retrouvera effectivement dans les pages de S & K des cases empruntant plus ou moins aux Sunday Pages d’Harold Foster (« Prince Valiant ») et Alex Raymond (« Flash Gordon » ou « Jungle Jim »). À ce jour, aucun élément n’a été trouvé s’inspirant de Burne Hogarth (« Tarzan ») ou Milton Caniff (« Terry and the Pirates »).
Signalons, au passage, que cette méthode était largement employée, aussi bien aux États-Unis (par les jeunes artistes de comic books travaillant dans les Sweat Shops du Golden Age), qu’en France (il suffit de relire les premiers travaux de Chott ou du regretté Paul Gillon pour s’en convaincre…).
Si la pratique peut aujourd’hui sembler discutable, on pourra l’excuser à la vue des cadences à suivre… Et reconnaissons au moins à Simon et Kirby qu’ils avaient du goût et que, rétrospectivement, ils auraient pu plus mal choisir !
Une étude approfondie montre plusieurs choses :
– Kirby ne copiait que très rarement du temps où il travaillait chez Lincoln, Eisner & Iger et Fox.

Un contre-exemple sur « Cosmic Carson » publié dans Science Comics #4 de Fox.
– Par contre, le recopiage est visible chez Simon dès le début de sa carrière dans les comic books.


« Solar Legion » dans Silver Streak Comics n°2 (Lev Gleason).

« The Fiery Mask » sur Daring Mystery Comics n°1 (Timely).
– Des copiages sont surtout visibles dans les pages conçues par Joe chez Timely, après la formation de l’équipe S & K.



« The Fiery Mask » sur Daring Mystery Comics n°6.
Il apparaît donc que c’est au stade de la composition, rôle échu à Simon, que ce dernier utilisait des références graphiques. Lorsque le travail passe entre les mains de Kirby, la filiation s’atténue avec l’élaboration du dessin.

Captain America n°8 (Timely).
Cette cannibalisation se poursuivra jusqu’aux années National, toujours avec des splash pages et des couvertures.

Après guerre, le procédé sera moins fréquent et, à l’occasion d’un joli design, Simon reprendra des éléments existants pour les comic books du tandem…




Boys’ Ranch n°3 (Harvey).
Lorsque Jack s’inspire d’une BD, c’est la composition générale du dessin qu’il utilise… et parfois même il recycle son scénario ! Deux exemples issus de la série « Fighting American » (Crestwood / Prize) sont aujourd’hui identifiés. L’histoire « Deadly Doolittle » du n°6 (février 1955) est un recyclage d’épisode de « Manhunter » (« Beware of Mr. Meek »), que le tandem avait produit pour Adventure Comics n° 75 en juin 1942.

Plus surprenant encore, le n°5 de Fighting American (décembre 1954) contient une aventure de l’anti-héros patriote lorgnant sans vergogne sur l’épisode « Finder’s Keepers » du « Starman » de Jack Burnley, paru dans Adventure Comics 77 (numéro dans lequel étaient sortis en août 1942 des épisodes de « Sandman » et de « Manhunter » de S & K) !

En conclusion, au regard des premiers exemples cités, on voit clairement que les deux hommes se complétaient dans leur travail : Jack avait besoin de Joe pour vendre sa production aux éditeurs et Simon de Kirby pour améliorer son dessin.
Si, au début de leur association, on ne peut pas véritablement parler de copiage de la part de Jack (contrairement à Joe), les cadences de travail dans leurs studios (d’abord sur la 45e rue, puis à Tudor City et enfin à Long Island) ont parfois obligé Kirby à y mordre dans les années 50.
Kirby s’inspirera même ouvertement du masque porté par Val dans les Sunday Pages de « Prince Vaillant » de 1941 pour élaborer le visage du Demon, son héros DC des années 70…. Pour notre plus grand plaisir !


Et pour finir, même si cela n’excuse rien, rappelons quand même que la plupart des artistes de comic books mainstream de la deuxième et de la troisième génération reconnaissent, bien volontiers, avoir copié Kirby…
Jean DEPELLEY
(avec l’aide de Greg Theakston, Randy Fox & Tom Morehouse).
Merci à François Narbonne pour son aide dans la recherche des illustrations, et bien sûr à Gilles Ratier et Gwenaël Jacquet pour la maquette.
PS : pour en savoir plus sur Jack Kirby, voir les précédents articles de Jean Depelley sur le « King » : http://bdzoom.com/spip.php ?article5076, http://bdzoom.com/spip.php ?article5090 et http://bdzoom.com/spip.php?article5105.