On peut d’ailleurs avoir un aperçu de son savoir-faire avec ses « Palaces » et « Colombe et la horde » (aux éditions Ego comme X, en 2003 et 2004), « Tout doit disparaître » (chez Futuropolis, en 2006), « L’Empire des hauts murs » (chez Delcourt, en 2006) ou encore « Hautes ?uvres » et « Aspic Voisine » (chez La Boîte à Bulles, son éditeur favori, en 2008 et 2009), ouvrages que nous vous conseillons particulièrement.

Ce nouvel opus témoigne de sa faculté à nous proposer des récits au cœur du bizarre même si, une fois n’est pas coutume, cet « Intrus à l’étrange » se teinte aussi, le plus souvent, de tendresse et de nostalgie… Après le décès de son grand-père qu’il adorait et au beau milieu d’une séparation conjugale, un jeune parisien nommé Martial découvre, en rangeant l’appartement du disparu, un bien curieux « héritage » : deux mystérieuses valises verrouillées, destinées à un certain Félix Larose, et une boîte remplie de lettres d’amour rédigées par une autre inconnue au bataillon (Georgette Blizard) résidant, elle aussi, au même petit village creusois : Magnat l’Étrange. Il n’en faut pas plus pour que notre « héros », passablement désœuvré, mette le cap sur cette bourgade rurale située aux abords du Camp militaire de la Courtine, lesquels sont, en ce moment, anormalement riches en chauve-souris de tous poils. Cet étrange phénomène a d’ailleurs déjà attiré une poignée de journalistes, de scientifiques et de chasseurs de vampires… : de quoi attiser la paranoïa des autochtones !!!

Au fur et à mesure de la lecture, cette quête des origines en terre limousine où tous les habitants semblent cacher un terrible secret, va se transformer en un accrocheur récit à velléité énigmatique qui va vous donner, progressivement, la chair de poule. Et Simon Hureau n’est pas seulement un habile scénariste puisque son dessin jeté en noir, blanc et gris, dégage aussi un charme indéniable …

Gilles RATIER pour bdzoom.com
«Intrus à l’étrange» par Simon Hureau
Éditions La Boîte à bulles (24 €)