Le véhicule, voilà le secret d’une course réussie. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
Pour un manga évoquant les courses mécaniques, déjanté est en effet un mot parfaitement adapté. On peut également dire, sans se tromper, que cette histoire démarre sur les chapeaux de roue ! Pas question de s’ennuyer en lisant «  Run Day Burst « . Sous ce titre se cache la plus grande course automobile que le monde ait connu. Traversant la plupart des pays du globe, elle attire de nombreux participants plus ou moins fréquentables.

Barrel, le petit mécano aux talents aussi grand que son cœur. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
Le manga débute avec la présentation de Barrel : un jeune garçon bien sur lui, poli et serviable. Sa passion : la mécanique ! Il est capable de réparer tout ce qui nous entoure dans notre monde moderne : véhicule, radio, machine à laver, etc. Il mène une vie simple qui va être bouleversée par la rencontre avec deux jeunes adultes bien différents. En premier, Cylinder : une jeune policière extrêmement gentille qui va passer le reste de l’histoire à se dévêtir au moindre prétexte, de quoi remplir, allègrement, le coté fan service de ce manga. En second, Trigger : pilote d’élite qui vient pour participer à la  » Run Day Burst « , mais qui se verra poursuivi par la police pour un délit mineur.

Trigger, le pilote chevronné. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
Trigger ayant eu son véhicule détruit dans la course-poursuite avec les forces de l’ordre, va trouver en Barrel un mécano hors pair. Il va l’embrigader dans la course en lui faisant miroiter un avenir grandiose et à la mesure de son talent.  » Qu’est-ce que tu préfères : devenir le mécano d’un pilote de génie et partir à la conquête du monde … ou réparer des tas de ferraille toute ta vie et crever dans ce trou paumé ? « Le gamin, un peu naïf, mais conscient de l’enjeu, et surtout fier que la machine qu’il a construite en souvenir de son père fonctionne, acceptera de parcourir le monde, pour cette compétition de grande envergure. Cylinder sera bien évidemment, elle aussi, embarquée dans la course alors qu’elle a essayé de pourchasser le fugitif rencontré le matin même : lequel n’est autre que Trigger.

Fan service en pagaille avec Cylinder. Dès sa première scène, elle se retrouve sous la douche. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
 » Run Day Burst  » est l’archétype du scénario à succès avec son groupe de héros stéréotypés : un jeune naïf, une tête brûlée et une fille à la fois forte, mais qu’il faut protéger (la quête pouvant s’étaler sur de nombreux volumes : une course autour du monde ayant de nombreuses étapes), un méchant forcément sournois (mais souvent bête et maladroit), et une fan service permanent grâce à Cylinder qui se retrouve la plupart du temps  » à poil « . C’est un peu la même recette qu’Akira Toriyama avait employé pour la première partie de  » DragonBall « . Et vu le succès de ce manga, il est logique d’essayer de se placer à son niveau vingt ans après ! Graphiquement, Yuko Osada n’a rien à envier au maître Toriyama : son trait est particulièrement agréable et clair. Les dessins ne sont pas surchargés et la mise en scène rend parfaitement l’ambiance de l’histoire. Le cadrage est toujours bien choisi, alternant les plans larges et les plans serrés, ainsi que les plongées et contre-plongées. Bref, tout ce qu’il faut pour faire vivre un dessin et aider le lecteur à s’immerger dans l’aventure qui lui est proposée.

Obtenir des pièces de rechange n’est pas de tout repos. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
Ce shônen reste l’une des meilleures découvertes de cette année. Il y a quelque temps, je louais aussi les qualités d' » Amanchu « . Dans un style très différent, je peux en faire autant pour  » Run Day Burst « . Seul point commun entre ces deux manga, leur éditeur : Ki-oon ! Sûrement l’un des meilleurs actuellement, du moins en ce qui concerne les nouveautés mangas et les différents styles d’histoires éditées.

Le modèle de Barrel. © Yuko Osada – Square Enix CO., LTD.
Gwenaël JACQUET
 » Run Day Burst  » T1 par Yuko Osada
Édition Ki-oon (6,50€)