« « Mezek » est projet de très longue date », nous confie Yann. En 1948, des avions égyptiens pilonnent Israël. Le jeune état hébreu n’a alors pour se défendre que quelques vieux Mezek, des avions de chasse allemands modifiés par les tchécoslovaques, véritables cercueils volants: « Ma première approche du sujet, qui date d’il y a plus de 20 ans, était beaucoup plus humoristique que la version définitive qui vient d’être publiée, à l’image de ce que je faisais alors, nous explique le scénariste de « Pin Up ». Je mettais en exergue cette ironie de l’Histoire qui conduisit Israël à devoir sa survie à des avions allemands. »

Durant des années, le projet essuie de nombreux refus, « les divers éditeurs l’ayant eu en main jugeant le sujet trop polémique et délicat. » Pendant cette période, Yann peaufine son récit : « Avec le temps, le développement du sujet s’est plus orienté vers le profil psychologique des soldats». La nouvelle mouture du scénario prête, le scénariste du « Grand duc », passionné d’aviation, en parle à André Juillard qui se propose alors de le dessiner.
Comme souvent, la rencontre ne tient pas du hasard. Cela faisait plusieurs années que les deux auteurs envisageaient de collaborer ensemble, malgré des styles à priori incompatibles : « Je connais le travail de Yann depuis fort longtemps, nous confie l’auteur du « Cahier bleu » et j’avais –j’ai toujours d’ailleurs- très envie de travailler sur un récit humoristique. D’où l’idée assez ancienne d’un travail en commun. Nous nous sommes finalement trouvés pour cette première sur un récit réaliste. Mais là encore, Yann avait déjà fait ses preuves dans le genre, depuis son travail sur « Sambre ». J’étais donc totalement confiant. »

Les « mules », traduction littérale de Mezek en tchèque, sont pilotées par des mercenaires et quelques jeunes volontaires juifs, totalement inexpérimentés. Parmi eux, le bel et ténébreux Bjorn cache un lourd secret. Un secret lié à une vérité historique racontée par un des ses amis à Yann, et relatée depuis dans l’ouvrage « La Tragédie des soldats juifs d’Hitler» (de Bryan Mark Rigg – éditions de Fallois – 2003), à propos des soldats allemands d’origine juive, un nombre qui aurait avoisiné les 150 000. Car « tout est vrai à 80% dans « Mezek », explique Yann. « Je pourrais inventer des histoires, les saupoudrer d’humour et leur donner de la crédibilité. Mais je n’aime pas ça, poursuit-il, tout mon travail consiste à partir de faits réels, quitte, à la limite, à les rendre invraisemblables ! »

Une démarche qui a visiblement séduit André Juillard : « Yann est très sérieux et documenté, explique le dessinateur des « 7 vies de l’épervier ». Il ne lance pas d’hypothèses mais parle de faits authentiques. J’ai vu dans ce récit une histoire humaine, au sein de la grande Histoire, avec un personnage tourmenté et ambigu, comme je les aime. »
Laurent TURPIN
« Mezek » par Yann et André Juillard
Éditions Le Lombard, collection  » Signé  » (15,95€)
« Mezek, naissance d’une bande dessinée« 
Éditions Le Lombard (29,90€)