Depuis, Petit Pierrot a regardé bien des étoiles, a longuement philosophé avec son escargot, observé le monde qui l’entoure, et puis décroché la lune.
Petit Pierrot est devenu un premier album, en février 2010.
Puis un deuxième quelques lunaisons plus tard : « Approcher les étoiles. »

Ce petit garçon est d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui et d’hier. Il est bien campé sur le sol et la terre, mais tourné vers le ciel et la lune, avec laquelle il joue sans cesse, habité par sa passion entière d’enfant.
Petit Pierrot est tout cela à la fois. Il évolue dans un univers graphique dessiné à sa mesure, où se mêlent poésie et douceur, émotion et drôlerie.
Petit Pierrot est d’aujourd’hui : sa tignasse blonde, souvent embrouillée, lui donne un air rebelle. Quand ce n’est pas dimanche, il porte des baskets, un large short et un tee shirt.
Mais il est aussi d’un autre temps, sans doute du temps de l’enfance idéale, où il est encore permis de rêver, d’entreprendre des voyages immobiles au creux de son lit, de compulser des grimoires usés pour y dénicher des secrets.
Petit Pierrot a sans doute des parents, que l’on ne voit jamais. Son ami et confident, c’est Monsieur l’Escargot, gastéropode parlant et pensant, philosophe à ses heures quand il réfléchit au poids des responsabilités et à la lourdeur administrative sévissant dans notre monde.
Et puis il y a aussi la jolie Émilie aux longues tresses brunes. Petit Pierrot rougit quand elle lui parle sur le chemin de l’école …
Le garçon a aussi sa logique, parfois déroutante, poétique ou terre à terre. On le voit, par exemple, sur l’image de la page 7, équipé de gants de boxe, qui réfléchit : « pour me défendre, peut-être … mais pour cueillir des fleurs, je suis sûr que non ! Et ça, c’est embêtant ! »

Petit Pierrot a une envie, très forte : aller sur la lune, la vraie, celle que l’on ne peut pas décrocher. Comme il n’attend pas d’être grand pour réaliser ce rêve, il se débrouille, il bricole. Un gros livre presque solide, des mots bien choisis, orthographiés avec soin, un rouleau de scotch et une ancre de marine lui servent à fabriquer un engin volant qu’il s’agit ensuite de maîtriser parfaitement. L’enfant et l’escargot deviennent alors de nouveaux pionniers, de merveilleux fous volants qui essuient parfois quelques déconvenues lorsque les pages de leur engin s’envolent elles-aussi.
Entrer dans le monde de ce Petit Pierrot, c’est retrouver des émotions enfouies au fond de soi et retrouver de vieux rêves.
Alberto Varanda a ce talent de créateur d’univers. Ses deux albums, oscillant entre bande dessinée et illustration, sont composés de petites scènes très courtes, véritables instantanés de la vie ou du rêve. Ils ont le pouvoir d’entraîner les jeunes lecteurs dans un ailleurs poétique, et de permettre aux moins jeunes de retrouver des temps et des bonheurs oubliés.
Un régal !
« Petit Pierrot » T2 (« Approcher les étoiles ») par Alberto Varanda
Éditions Soleil (17,50 €)