Cette héroïne, jeune femme farouchement progressiste et émancipée, va reprendre, d’une certaine manière, le flambeau paternel, en s’intéressant de près aux courses cyclistes ; allant jusqu’à se déguiser en homme pour y participer et vivre ce milieu de l’intérieur… Ainsi, elle va pouvoir rédiger des articles dans la presse, en tant que journaliste sportive, et être en prise avec l’actualité de son époque : notamment lorsque certaines injustices se produiront sur les Paris-Roubaix des années 1930…

En peaufinant et renouvelant sa technique illustrative, surtout en ce qui concerne les couleurs directes, les dégradés et les rendus avec la matière, le dessinateur d’« Azrayen’ » et de « La Fille aux ibis » (entre autres chefs-d’œuvre) réussit, une fois de plus, à nous émouvoir et à nous communiquer sa passion pour le vélo ; tout en y mêlant, par petites touches, une touchante description du milieu ouvrier (les scènes dans le fond des mines sont vraiment oppressantes et particulièrement réussies) et de la complexité du climat politique de ces années quelque peu dépressives. Bref, voici un diptyque à conseiller fortement, même à ceux qui sont loin d’être des adeptes de la Petite Reine !
Gilles RATIER
« Pain d’alouette » T2 par Christian Lax
Éditions Futuropolis (16 €)