Il s’agit d’une série humoristique décapante pré-publiée, en grande partie, dans l’hebdomadaire Spirou, en 1998 et 1999 : le tome 1 de « Maître Corbaque » par E411 (dessins) et Zidrou (le scénariste de « Tamara », « Lydie », « L’Élève Ducobu »…), un ouvrage qui, mine de rien, a un petit côté historique puisqu’il est le premier album de bande dessinée à avoir été financé et complètement édité par ses lecteurs !
Les auteurs y règlent leurs comptes avec une certaine catégorie d’avocats (sous forme de gags et récits complets vraiment très drôles) : ceux qui sont moins intéressés par un idéal de justice que par la part de gâteau qu’ils pourraient récolter, si leur client obtient les mirobolants dommages et intérêts réclamés. Voir la bande-annonce, réalisée par PimentoStudio, qui nous laisse entrevoir ce que sera le monde judiciaire si on laisse faire les Maître Corbaque, visible sur Youtube :
http://www.youtube.com/watch?v=4303EmfrzHw
Comme le seront tous les albums Sandawe, celui-ci a été adapté en numérique par la dynamique société Ave!Comics, sur téléphone mobile, iPad, Mac, PC, etc. Même pour des amoureux du livre papier, la lecture sur ces écrans apporte une expérience nouvelle, ne fût-ce que par l’affichage case par case qui met en évidence des détails qu’on n’avait pas remarqués auparavant.

Outre une exposition « Maître Corbaque » qui aura lieu au Centre Belge de la Bande Dessinée du 1er mars au 24 avril 2011, sachez que de nombreux cadeaux sont réservés aux édinautes et aux membres de Sandawe (comme le livre « Quand la justice perd la boule ») !

Au lancement du site Sandawe (http://www.sandawe.com), huit autres projets d’albums avaient été proposés aux édinautes pour qu’ils participent à cette innovation dans le monde de l’édition de bande dessinée ; et il y en a dix-neuf aujourd’hui, dont trois qui vont pouvoir être très vite édités : « Il Pennello » (un roman graphique, dessiné par Jean-Marc Allais et scénarisé par Serge Perrotin, qui met en scène un auteur de bande dessinée raté), « Maudit Mardi » de Nicolas Vadot (l’histoire d’un homme qui sait que le jour de sa mort sera un mardi)

et « Hell West » par Frédéric Vervisch et Thierry Lamy (improbable union de l’heroïc-fantasy et du western).
Mais bien d’autres projets méritent votre soutien comme « Parc Paniiique » par Blatte et Zidrou, « Suivez le Guide » par Godi et Zidrou, « Dérapages au quotidien » par Laurel et Jean-Michel Darlot, « Corpus Christi » par Éric Albert et François Maingoval, « Les Éclaireurs » par Éric Maltaite et Jean-Louis Janssens, « Spyware » par Jean-Claude Bauer et Didier Quella-Guyot… Alors, qu’est-ce que vous attendez pour devenir édinaute ?

Gilles RATIER