À commencer par un pavé de deux cent quarante pages, aux deux tiers complètement inédits : « Barrio » de Carlos Gimenez !
Après le succès d’estime recueilli par la très belle intégrale de « Paracuellos » parue chez AUDIE/Fluide Glacial, laquelle décrivait l’enfance maltraitée du dessinateur espagnol au sein d’un internat (et qui a obtenu un mérité Prix du Patrimoine au Festival d’Angoulême, en 2010 : voir bdzoom.com/article3709), voici sa « suite » logique où l’auteur nous amène dans un quartier populaire du Madrid de sa jeunesse : un témoignage aussi fascinant que bouleversant ! « Barrio », conçu, en 1977, dans un esprit différent de celui de « Paracuellos » (puisqu’il s’agit, pour l’auteur, de retour dans le foyer familial, d’attaquer la « vraie vie », livré à ses propres choix afin de travailler et de manger à sa faim) est publié dans son pays d’origine, en 1978, dans la revue El Papus des éditions Amaika.
Cette autobiographie qui fut, avec « Paracuellos », l’une des premières du genre en bandes dessinées, a d’abord été traduite, en français, dans le mensuel Fluide Glacial (de 1979 à 1980), puis repris en albums chez AUDIE, en 1980 (réédition en 1981).
Et voilà que, pratiquement trente ans après (en 2005), Gimenez décide de prolonger thématiquement « Barrio » : avec trois albums publiés chez Glénat Espagne où il reprend les évènements de l’après-guerre Franquiste pour les approfondir de façon tragicomique. Jusque là totalement inédits en langue française, les voici tous repris dans cette intégrale, pour notre plus grand bonheur ! À qui on dit merci ? À AUDIE/Fluide Glacial, bien entendu !
Après l’Espagne, passons en Italie où, grâce à la collection « Erotix » des éditions Delcourt(1), on peut redécouvrir, compilées sous le titre « L’Internat féminin », quatre bandes érotiques dues à Roberto Raviola dit Magnus. Ces histoires, entre fantastique médiéval et pornographie au quotidien, ont déjà traduites, en France, dans certains pockets des éditions Elvifrance comme Contes féérotiques ou Contes satyriques (en 1975) ou dans le mensuel Rebels des éditions Ideogram (en 1985). Notons, cependant, qu’il s’agit ici des versions non expurgées de « 10 cavalieri e un mago » (réalisé pour les éditions Geis, en 1974), de « Mezzanotte di morte », de « Quella sera al collegio femminile » ou de « Il Teschio vivente » (récits dessinés pour Edifumetto, et non Edifumetti comme écrit trop souvent, en 1974, 1975 et 1980) : intégralité qui nous permet de reconnaître l’énorme potentiel de cet illustrateur étonnant qui, même pour des travaux pourtant essentiellement alimentaires, refusait de bâcler (voir :
bdzoom.com/article3992
) !
Restons en Italie(2) pour retrouver le célèbre western « Tex » (qui vient de dépasser son six-centième numéro mensuel dans son pays d’origine) remis à l’honneur, en France, par les éditions Clair de lune. Ces dernières alternent, désormais, livres brochés en petit format de leur collection « Encre de Chine » (proche de l’édition originale) et albums cartonnés beaucoup plus grands, ceci afin de mieux mettre en valeur les aventures de ce ranger créé par Gianluigi Bonelli et Aurelio Galleppini (voir : bdzoom.com/article3869), en 1948. Le dernier en date (« La Piste des embuscades » écrit par Gianfranco Manfredi, le créateur de « Magico Vento » traduit en français sous le titre « Esprit du vent », aux éditions Mosquito) met en exergue l’évident talent du trop méconnu, du moins dans nos contrées, dessinateur argentin Miguel Angel Repetto (voir : hbdzoom.com/article4518). Il s’agit du Maxi Tex 2005 (« La Pista degli agguati », paru en octobre 2005 chez Bonelli) : deux cent soixante-quinze pages, d’un classicisme et d’une maestria graphique à vous couper le souffle, qui réussissent à nous captiver avec une histoire de marche du bétail, le long des grandes plaines de l’Ouest : un truc pourtant déjà lu cent fois !
Mais les albums franco-belges ne sont pas en reste au niveau des rééditions puisque, entre autres petites merveilles, il faut continuer de saluer l’excellent travail des éditions Dupuis, et particulièrement de leur responsable éditorial sur les intégrales (Martin Zeller) : ne serait-ce qu’avec le deuxième tome de celle concernant le « Docteur Poche » de Marc Wasterlain(3). On y retrouve le formidable diptyque composé de « La Planète des chats » et du « Géant qui posait des questions » au fil duquel le sympathique magicien se retrouve sur une planète où règnent les animaux : de l’heroic-fantasy poétique, pré-publié dans Spirou de 1980 à 1982, qui n’a pas vieilli d’un poil !!! L’ouvrage est complété par les « Gags en poche » (dont de nombreuses planches non reprises dans l’album original) et par un passionnant dossier érudit (superbement illustré avec nombre de documents inédits) réalisé par Didier Pasamonik.
Autre bonne surprise, les éditions du Lombard(4) se sont enfin décidées à nous offrir une « vraie » intégrale chronologique des mésaventures de « Spaghetti », le malchanceux petit Italien créé par Dino Attanasio et René Goscinny, dans Tintin, en octobre 1957 (voir : bdzoom.com/article3437). Nous avons donc droit aux vingt-et-une premières histoires courtes (de deux ou trois planches chacune), jusque-là inédites en album, et aux deux premiers longs-métrages mettant en scène ce désopilant personnage : « Spaghetti et l’émeraude rouge » (1959) et « L’Étonnante croisière du signor Spaghetti » (1960) : du Goscinny de très bon niveau, dont le talent allait bientôt exploser avec « Astérix » !
Encore un héros malchanceux : le « Bobo » de Maurice Rosy et Paul Deliège (voir bdzoom.com/article3799, bdzoom.com/article3933 et bdzoom.com/article4602),le célèbre prisonnier d’Inzepocket, continue d’être mis à l’honneur dans une nouvelle intégrale aux éditions Hibou(5) ! On retrouve cette vedette des mini-récits de Spirou au travers de gags, pour la plupart inédits en album, préfacés d’un dossier émouvant et très documenté comme ont l’habitude d’en écrire le couple Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault : cent douze pages de bonheur tout simple !

N’oublions pas de mentionner l’importance de la structure Le Coffre à BD (dirigée par l’infatigable passionné qu’est Bernard Coulanges), laquelle diffuse la plupart de ces petites maisons d’éditions qui réalisent un nécessaire travail de transmission en publiant, à un nombre réduit d’exemplaires, des récits qui, sans eux, seraient tombés dans l’oubli : Hibou, Sangam, Le Taupinambour ou La Vache qui médite. Le Coffre à BD poursuit, par ailleurs, les intégrales de séries méconnues dont certaines sont signées Sirius (« Timour », « Niki Lapin » ou « Bouldaldar », voir : bdzoom.com/article4118), Maurice Tillieux (les scénarios de « Marc Lebut » dessinés par Francis, dont le tome 8 -regroupant les histoires parues dans Spirou, entre 1975 et 1977- sort de l’imprimerie ; voir bdzoom.com/article4602) ou Willy Lambil (la série australienne « Sandy et Hoppy » dont le tome 9, qui réunit « Le Manoir du lac » et « Le Pont miné », aventures publiées dans Spirou, entre 1967 et 1969, vient également de voir le jour ; pour plus de renseignements consulter : bdzoom.com/article4027) : des albums au dos toilé, d’environ cent pages, que l’on ne trouve que sur le site du Coffre à BD (http://coffre-a-bd.com) ou par correspondance : 24 rue de la Marne, 31170 Tournefeuille (France), tél. : 05.61.16.54 90, courriel : bernard@coffre-a-bd.com.
Il faut aussi soutenir Louis Cance et on équipe qui ont encore réussi l’exploit de publier un copieux n°128 de leur indispensable revue Hop !(6) : des tonnes d’informations que l’on ne trouve que là, notamment sur Paul Gillon et sur le mensuel Jim Taureau ! Hop ! reste le seul périodique véritablement fiable consacré au patrimoine de la bande dessinée et il faut donc s’y abonner d’urgence, si ce n’est déjà fait, auprès de AEMEGBD : 56 boulevard Lintilhac, 15000 Aurillac (France), courriel : marc-andre.limoges@laposte.net.
Enfin, last but not least, Évariste Blanchet, le responsable de la très intéressante interview de Paul Gillon retranscrite dans Hop !, relance sa revue critique de bandes dessinées : Bananas (tirée à seulement quatre cents exemplaires et diffusée en librairie à partir du 10 février via Makassar). Ce n°3 est totalement indispensable, ne serait-ce que pour les articles sur Raymond Macherot (voir également bdzoom.com/article4757) ou sur Hugo Pratt à Londres, lequel est signé Dominique Petitfaux (sur Pratt, voir aussi notre « Coin du patrimoine » : bdzoom.com/article3947), ainsi que pour la dernière interview de Georges Pichard, accordée à Christian Marmonnier, qui n’avait été que partiellement publiée dans les n° 118 et 119 de la revue érotique Bédé X (voir aussi bdzoom.com/article4038) : cent pages pour seulement douze euros ! Qui dit mieux ?

Gilles RATIER, avec l’aide de Christophe Léchopier (dit « Bichop ») à la technique
(1) Les éditions Delcourt rééditent aussi l’un des nombreux chefs-d’œuvre du grand auteur américain Will Eisner (voir bdzoom.com/article3448) : « L’Appel de l’espace », déjà publié chez Albin Michel en 1984 et chez Rackham en 2002, dans un format plus petit que celui de ces précédentes éditions, mais plus proche de l’original.

(2) Tant qu’on est en Italie, il faut aussi souligner la très belle nouvelle édition toute en couleurs, chez Les Rêveurs, du « Don Quichotte » de Benito Jacovitti (pour en savoir plus sur cet auteur, voir bdzoom.com/article4085) : un petit joyau qui date de 1950 et qui avait déjà été proposé en album, en France, par Futuropolis, en 1983 (mais en noir et blanc) !

(3) Les éditions Pan Pan de Gaétan Laloy (168 chaussée de Waterloo, 1060 Bruxelles -Belgique-, tél. : +.32 0 495/63.97.07, courriel : panpan@panpan.be, net : www.panpan.be) viennent aussi de publier le deuxième épisode des aventures lunaires et martiennes de « Bob Moon et Titania », la première série de Marc Wasterlain publiée dans Tintin, en 1971!

(4) À noter que Le Lombard propose également les troisièmes volumes de leurs intégrales « Jonathan » de Cosey (voir bdzoom.com/article3985) et « Bernard Prince » d’Hermann et Greg (voir bdzoom.com/article4214), ainsi que le onzième de celle consacrée à « Michel Vaillant » (voir bdzoom.com/article3416) et le quatrième de celle sur « Buddy Longway » (voir : bdzoom.com/article4031).
(5) Marc Impatient, le responsable des éditions Hibou (390 avenue Georges-Henri, 1200 Bruxelles -Belgique- ou 90 rue Grande, 5100 Andoy -Belgique-, tél. : +.32 0 475.341.886, courriel : bdf@skynet.be, net : www.bedephage.com ) en profite pour sortir le quatrième et ultime recueil des aventures du cirque « Les Zingari » dues à Yvan Delporte pour les scénarios (voir http://bdzoom.com/6190/patrimoine/le-coin-du-patrimoine-bd-yvan-delporte/ et au grand René Follet pour les fabuleux dessins en noir et blanc (voir bdzoom.com/article3428), en attendant de rééditer , à tour de bras, les œuvres de Liliane et Fred Funcken : de quoi alimenter un futur et copieux « Coin du patrimoine » ! Et tant que l’on parle de René Follet, sachez que les éditions La Vache qui médite ont réuni toutes les « Belles histoires de l’Oncle Paul » qu’il a illustré, de 1951 à 1958 (sur des textes d’Octave Joly), dans un bel album au dos toilé à commander 16 voie des Cuirassiers, B-1300 Wavre (Belgique), net : www.lavachequimedite.com.

(6) Il faut cependant citer, également, le très méritoire Papiers Nickelés (« la revue de l’image populaire » dirigée par Yves Frémion) qui, lui, élargit son champ d’action en s’intéressant, non seulement à la bande dessinée, mais aussi au dessin de presse et d’humour, à l’illustration, à la gravure, à l’affiche et à l’imagerie populaire ! Son dernier n° (le n°27) contient de nombreux articles sur des sujets aussi divers que Baru (article à compléter avec bdzoom.com/article4753), la naissance d’Alfred Neuman dans Mad, Eisner et les couvertures du « Spirit », Jean-Claude Forest, le monochrome, les calendriers Edison Mazda de Maxfield Parrish, la carte d’identité belge de « Gaston Lagaffe »…, et signés par des gens aussi compétents que Didier Bonifay, Jacques Dutrey, Maxime Delaye, Antonin Erwan, Pierre Chevrier, Hélène Girard, Corinne Taunay, Georges Fernandes ou Yves Frémion lui-même ! Là aussi, il faut les soutenir en s’abonnant : vingt-quatre euros pour recevoir les quatre numéros annuels (ou trente pour adhérer à l’association) auprès de Anne Delobel : 17 rue des Plantes – 75014 Paris.