Frédéric Bosser et ses petits camarades y pensaient en secret depuis de nombreux mois, mais c’est désormais officiel : le premier numéro de L’Immanquable sera en kiosque le 21 janvier !


Suite à de nombreux courriers de lecteurs, ils ont compris l’importance d’une revue donnant la part belle à des histoires de bandes dessinées publiées dans leur intégralité. Certes, il en existe encore, comme Fluide Glacial ou Lanfeust, à ceci prêt qu’elles sont toujours rattachées à des maisons d’édition et très ciblées dans leur contenu.
Ce ne sera pas le cas de L’Immanquable qui aura la possibilité
et la chance de pouvoir piocher dans les catalogues de tous les
éditeurs et dans tous les genres qu’offrent la bande dessinée.

L’Immanquable consacrera plus des deux tiers de ses 144 pages à des planches de bandes dessinées pré-publiées en avant-première et éditées dans leur intégralité sur deux à quatre numéros selon leur pagination ; avec, à la clé, une courte interview des auteurs. Les lecteurs y découvriront des séries installées ou en devenir, mais aussi de jeunes auteurs dont ce sera le premier album.

Chacune de ses prépublications sera donc précédée, la plupart du temps, de courtes interviews des scénaristes, dessinateurs ou coloristes et visera à expliquer la genèse de l’histoire que le lecteur de L’Immanquable découvrira en avant-première. Mais elle pourra également être constituée de visites d’atelier, de portfolio, de commentaires de planches, d’historiques de séries… : L’Immanquableambitionnant de devenir une sorte de Journal de Mickey des grands, avec un maximum de lecture, des sujets très ludiques et agréables à regarder.

C’est d’ailleurs pour cela que cette revue ne comportera ni critiques, ni analyses poussées du média, ni longues interviews d’auteurs qui resteront l’apanage des dBD qui, soit dit en passant, comptent se développer en proposant un à deux numéros hors série chaque année.
La naissance de L’Immanquable ne signifie donc en rien l’arrêt des dBD qui continueront d’exister en parallèle à cette publication, avec ses dix numéros par an (dont deux doubles).

Enfin, quand on lui demande pourquoi ce titre ? Frédéric Bosser répond que c’est parce que L’Immanquable leur donne la pêche en faisant référence aux grands journaux du siècle dernier… C’est comme s’il avait existé depuis toujours. Un tel titre va donc les obliger à se surpasser tous les mois !
LA RÉDACTION DE BDZOOM