La dangerosité du pays, évidemment et, probablement, la réputation de son impitoyable ex-dictateur, Niazov. Sur le site Diplomatie.gouv, le voyageur est prévenu : Au Turkménistan,  » l’accès aux zones frontalières avec l’Afghanistan est réglementé ou interdit. Le Turkménistan a été épargné, jusqu’à ce jour, par des attaques terroristes. Compte tenu de sa situation géographique, il est toutefois potentiellement vulnérable ». Le site canadien des Affaires Etrangères est plus précis : « Il pourrait être difficile d’obtenir une autorisation officielle pour sortir d’Achgabat. Les zones frontalières de l’Iran, l’Ouzbékistan et l’Afghanistan, y compris la ville de Dashoguz et les régions de la côte caspienne, sont des zones à accès contrôlé. Il est interdit de s’y rendre sans l’approbation préalable du gouvernement turkmène ».
Cela n’arrête évidemment pas un héros de papier, froissé par les mésaventures et toujours prêt à en découdre. Il retrouve sur place son ami Téri qui doit acheminer des frigos en Ouzbékistan pour une ONG. Mais, Teri est un chaud lapin qui oublie les lois islamiques (la charia), les réalités locales (milice omniprésente, pauvreté, prostitution, racket, drogue…) et, peut-être bien, les enjeux humanitaires ! Ce que n’oublie pas Ceppi qui, comme autrefois, entend bien montrer le dessous des cartes, et pas seulement celui des cartes de géographie !

Alors en route pour l’Ouzbékistan et Samarkand, via Boukhara… Régions sur lesquelles on pourra lire, d’ailleurs,  » La Route de la soie en lambeaux  » (cf. notice L@BD), publié par La Boîte à bulles, en 2009, et réalisé par l’auteur de  » Passage afghan  » (cf. notice L@BD).
Bons voyages !
Didier QUELLA-GUYOT (L@BD et blog)
«  Stéphane Clément  » T 12 ( » L’Engrenage turkmène « ) par Daniel Ceppi
Éditions Le Lombard (13,50 €) : suite et fin dans le tome 13.
Pour le tome 11,  » L’Ivoire de Sheila McKingsley  » cf. notice L@BD.