La Fondation Franco Fossati  se félicite de ce succès grandissant au long des années.

Avec cent soixante exposants allant de la bande dessinée de collection aux jeux vidéo en passant par l’édition, le visiteur ne pouvais être que satisfait.

La grande particularité de cette manifestation est la place qu’elle donne  aux expositions, aux salles réservées aux rencontres, débats en la situant au centre de du Salon, devenant ainsi un passage obligatoire aux visiteurs.

Les expositions :

La Linea d’Osvalso Cavandoli , un personnage né il y a une cinquantaine d’années partant d’une idée simple mais géniale. Un artiste qui méritait un hommage un an après sa disparition,

Le Corriere dei Piccoli, 100 ans de BD, à travers une superbe rétrospective réunissant  journaux, objets, films, témoignages.

Leone Frollo, Il maestro di Rialto. Un panorama de l’oeuvre érotique de Frollo présentant plus particulièrement ses derniers travaux.

Nuvole Gialle,la bande dessinée policière, de Dick Tracy à Martin Mystère en passant par Secret agent X-9, Red Barry.

Eva Kant chi sei ? (Eva Kant qui es-tu ?),  2008, sera l’année Eva Kant, la blonde compagne de Diabolik sera au centre  de plusieurs initiatives éditoriales et « commerciales ».Un itinéraire permettant au visiteur de découvrir cette héroïne de papier  au charme incontestable.

Il mio nome é Flemming…Ian Flemming. Pour fêter le centenaire de la naissance de Ian Flemming, l’auteur de James Bond, l’association locale exposait, bandes dessinées, romans, couvertures et divers éléments de l’univers de Bond.

Fantasmagorie, les 100 ans de l’animation Un nouvel art graphique s’affirme en Europe en 1908, grâce au  Fantasmagorie d’ Emile Cohl qui  crée pour ce dessin animé Fantoche, le clown,  premier personnage de dessin animé.

 

Les débats :

 

Jan Dix, indagare nell ?arte

Une nouvelle mini série à paraître chez Sergio Bonelli, crée par Carlo Ambrosini

 

Il mio nome é Flemming…Ian Flemming

 

Julia, indagine  al femminile.

Ave la participation de Giancarlo Berardi, l’auteur de la série, Marco Soldi et Sergio Bonelli

 

Celomanca

Un débat  autour des figurines del Pallo di Legnano

 

Winx, magia di un successo!

Débat mené par Luca Boschi autour du succès mondial de la série d’animation  Winx

 

Creativo o fedele ?

Une rencontre autour d’un thème intéressant, l’adaptation est –elle fidèle à l’original ?

 

Cento per cento, Corriere dei Piccoli

La grande rencontre attendue par tous , Les 100 ans de la bande dessinée italienne à travers  les différentes publications  du Corrierire dei Piccoli avec Aldo di Gennaro, Laura Scarpa, Rinbaldo Traini, Claude Moliterni etc , menée par Luigi.F. Bona , président de la Fondation Franco Fossati et organisateur de la manifestation avec Furio Fossati et Melina Gatto..Une réussite!

 

 

CORRIERE DEI PICCOLI  (IL)

Italie

Hebdomadaire

(1908)

Il Corriere dei Piccoli est né le 27 décembre 1908 comme supplément illustré du Corriere della Sera de Milan, le journal italien le plus influent, pour offrir aux plus jeunes un « journal » leur étant entièrement destiné. Le premier rédacteur en chef est Silvio Spaventa Filippi. L’originalité de l’idée, la nouveauté des personnages présentés et l’introduction de la couleur contribuèrent à son succès, même si, au début, il n’y a que deux pages de bandes dessinées et, qu’Antonio Rubino considérant que les caractéristiques bulles manquaient de dignité, suggère de les remplacer par des vers de mirliton placés en sous-titre. Plusieurs héros américains : Fortunello (Happy Hooligan), Mimmo Mammolo (Buster Brown), Bibi e Bobo (The Katzenjammer Kids) et Bubi (Little Nemo) côtoient un très grand nombre de personnages italiens de Attilio Mussino (Bilbolbul), Antonio Rubino (Abetino, Cara e Cora, Cirillo), Sergio Tofano (Bonaventura), Guido Moroni Celsi (Cola), B. Angoletta (Don Pampon della Micragna, Calogero Sorbara). La bande dessinée d’aventures est présente avec I Pirati del fiume giallo de P.-L. De Vita, L’Uomo blindato sur des textes de Maccio et des dessins de Dell’Acqua, Quel matto di Fanfulla de Gustavino et tant d’autres. Dans les années soixante-dix, on retrouve les signatures des plus grands auteurs belges du moment : Greg, Hermann, Weinberg, Graton, Tibet, Aidans, Attanasio, Morris, Macherot. Hugo Pratt créée Fanfulla, l’île au trésor, Dino Battaglia Gulliver a Lilliput,  Benito Jacovitti dessine Coccobill et Zorry Kid. Dans les dernières années, le journal est signé par les plus grands de la B.D. italienne : Hugo Pratt, Dino Battaglia, Cimpelin, Aldo Di Gennaro et Uggeri. Ayant subi bon nombre de transformations, souvent draconiennes, Il Corriere dei Piccoli devient pour une courte période Il Giornale dei Piccoli.

 

CORRIERE DEI RAGAZZI (IL)

Italie

Hebdomadaire

(1972)

Pour s’aligner et concurrencer les revues Universo et Lancio, magazines de petit format, le Corriere dei Piccoli devient le Corriere dei Ragazzi nouvelle formule, en modifiant et en réduisant le format et en optant pour des histoires courtes. Il garde à son sommaire les meilleurs auteurs et personnages, Les transformations successives, d’abord en Corrier Boy, puis en Boy Music, n’ont amélioré ni la qualité des B.D. ni le nombre des lecteurs. Si au cours des premiers numéros textes et dessins sont de bonne qualité avec Tacconi, A. Del Castillo, Weinberg, R. Gigi, C..Moliterni, J.Moliterni, H.Pratt, S.Toppi, Stokes, A.Ongaro, G.Alessandrini, Trevisan, Nadir Quinto, M. Milani, Carnevali, Grazia Nidasio et des personnages comme Gli Aristogatti, Luc Orient, Lupo Alberto, Sturmtruppen, Nick Carter, Olaf il Vikingo, Comanche, les récits sont, petit à petit, simplifiés et banalisés, pour donner plus de place à de très nombreux articles.

 

Claude Moliterni

 

Reportage en cliquant sur l’appareil photo sur la droite de la page.