et tous les problèmes qui en découlent et plus particulièrement pour les femmes. Un ouvrage fort accentué par les dessins corrosifs de Simona Bassano di Tuffilo.CM

« Essayez de voir, de marcher, de boire, de manger ou même de vous faire reconnaître par votre fils ou votre mari… Essayez de vivre avec une burqa sur le dos ! ».

C’est après avoir vu des images télévisées consacrées aux conditions de vie des femmes afghanes, suite aux attentats terroristes du 11 septembre 2001, que Simona Bassano di Tuffilo eut envie de dénoncer l’une des plus grandes injustices (et absurdité.’) auxquelles ces nombreuses femmes musulmanes sont soumises chaque jour : le port de la burqa !

Auteure de bandes dessinées, elle décide alors de publier un livre pour illustrer le quotidien de ces femmes contraintes de porter ce voile intégral ! Soutenue par « Amnesty International » dans son projet, elle se met en quête d’un auteur qui pourrait également témoigner de cette réalité, et fait alors la connaissance de Jamila Mujahed, journaliste afghane engagée depuis des années dans la défense des droits des femmes.

A travers 24 dessins, accompagnés d’un texte à la fois spirituel et acerbe, ce livre décrit la vie quotidienne d’une jeune journaliste iranienne à Kaboul qui voit sa vie bouleversée par l’obligation de porter la burqa au moment de l’arrivée des Talibans au pouvoir.

 

Née à Naples (Italie), Simona BASSANO DE TUFILLO (dite Sbadituf) est diplômée émérite de l’école des Arts Visuels de Bologne et de graphisme de l’Académie des beaux-arts de Naples. Elle est également spécialiste de conservation et de valorisation des biens culturels. Fondatrice du mouvement artistique Direzione Obbligatoria (Direction obligatoire), elle organise des groupes de réflexion thématiques fondés sur les principes de la pluralité, de l’ironie et de l’engagement. Elle s’occupe en outre de promouvoir l’histoire et l’art auprès des enfants. Certains de ses travaux sont exposés à la cité des Sciences de Naples et au musée du jardin Minerva de Salerme.

 

Née à Kaboul (Afghanistan), Jamila MUJAHED préside The Voice of Afghan Women’s Association and Radio, organisation non gouvernementale composée de femmes professionnelles des médias. Elle est également fondatrice de la seule revue féminine afghane Malalai (du nom d’une femme résistante) dont elle est éditrice. Pour son travail sans relâche en faveur de la reconnaissance des droits des femmes, elle a reçu de nombreux prix internationaux, dont le prix Johann Philipp Palm « pour la liberté de la presse et d’opinion ». Elle est mariée à un professeur d’histoire de l’Académie afghane des sciences et mère de cinq enfants.

 

Dessins de Simona Bassano di Tuffilo

Texte de Jamila MUJAHED

Editions de La Martirtière