Bien qu’Italien, (il est né le 16 novembre 1929 à Vintimille), Raphaël Marcello accomplit l’essentiel de sa carrière en France. Il débute dans la bande dessinée en 1948 dans l’hebdomadaire Paris-Jeunes avec Loana et Le Masque chinois. Il travaille parallèlement dans le récit complet collection « Victoire » avec Nick Silver (1948-1950) et collabore à la presse quotidienne avec des adaptations littéraires, dans L’Aurore : Ben Hur (1951-1952), Jane Eyre (1954-1955) ; dans Franc-Tireur : Jenny l’ouvrière (1955-1956) ; dans Paris-Journal : Gigolette (1957-1958).

À partir de 1952, il signe Oliver Twist, Gil Blas et Bug Jargal dans Héroïc. Il conçoit Le Cavalier inconnu dans Pépito (1955-1970), dessine Bob et Franck dans Bugs Bunny (1956). On le retrouve dans Lisette et Lisette Magazine, à partir de 1959, pour des récits complets. Il est aussi dans le petit format « Monty » avec Canadian Boy (1960). À la même époque, il œuvre dans Mireille avec Mylène, danseuse étoile, dans L’Intrépide-Hurrah ! avec Le Diamant noir, dans Rintintin avec le personnage homonyme (1961-1972).

Il continue une collaboration intensive avec la grande presse, notamment au Parisien libéré avec Roger la Honte (1953), à Paris-Jour avec La Chartreuse de Parme (1959-1960), L’Oncle Bernac (1960), La Princesse de Clèves (1961), Le Rouge et le Noir (1966).

Dans Pif-Gadget, il publie Docteur Justice à partir de 1970, Amicalement vôtre (1975-1978), Tarao (1982), La Guerre du feu (1982). Il est aussi présent dans Le Journal des Pieds Nickelés avec John Parade, patrouilleur de l’espace (1973-1976), dans Le Journal de Mickey avec Zorro, puis Le Club des Cinq, dans Spirou avec Cristal (1981).

En 1987, il collabore à L’Écho des savanes avec La Nuit barbare, éditée en album chez Albin Michel (1988), éditeur chez lequel il publie aussi Amok (1989).

Au début des années quatre-vingt-dix, Marcello prend une préretraite à Vintimille, tout en œuvrant en Italie à Tex Willer et à Zagor aux éditions Bonelli. Travailleur infatigable, il reste l’un des meilleurs auteurs de la bande dessinée populaire, grâce à un graphisme particulièrement expressif d’une très grande efficacité.

Michel Denni