Le début : Il était une fois en France conte l’histoire de JOSEPH JOANOVICI, juif roumain devenu l’homme le plus riche de France pendant l’occupation. Ferrailleur, collabo, résistant, il fut pour certain un criminel, pour d’autres un héros. C’est le cheminement de ce personnage ambigu baptisé le “roi de Paris” par ceux qui ont croisé sa route, que relate avec justesse cette saga au thème délicat. “Monsieur JOSEPH” se confie sur son lit de mort aux côtés de LUCIE-FER, celle qui fut sa plus fidèle compagne. Intelligence avec l’ennemi, corruption de fonctionnaires, contrebande, enrichissement personnel et même meurtre seront reprochés à la Libération à celui qui possédait pendant l’occupation un appartement en plein coeur de la préfecture de police. Portant fièrement la rosette de la résistance, JOSEPH reçoit les plus huppés du Tout-Paris, alors que de sombres nuages annoncent la fin de son règne…

 

Notre avis : «Joseph Joanovici est la fois un héros et un criminel. C’est l’histoire d’un destin extraordinaire au cœur de la période la plus trouble de notre histoire, l’homme ayant obtenu le certificat de grand résistant à la libération, ce qui ne l’empêcha pas de se voir condamné pour collaboration économique deux ans après !» : c’est ainsi que Fabien Nury nous présentait sa nouvelle série et son personnage principal au cours du grand portrait que nous lui avons consacré il y quelques mois. Force est de constater que le premier volet du récit, qui vient de paraître,  tient les promesses de l’auteur dans la démonstration de l’ambivalence d’un homme complexe et ambigu dans son fonctionnement personnel et humain. Le trait précis, détaillé et clair de Sylvain Vallée assure une lisibilité exemplaire à ce récit mêlant réalité historique et fiction auquel  la patte « cinématographique » de Fabrice Nury assure une fluidité narrative exemplaire. Laurent Turpin

 

Glénat – 13,00€