26 octobre. – Arrivé en compagnie de Edmond Lee, le responsable des droits étrangers des Humanos, me voici, tout content de me retrouver à  Amadora avec le sou­venir du grand succès de l’an der­nier consacré à la bande dessinée arabe et plus particulièrement au regretté Sid Ali Melouah, et comptant sur une réussite plus grande encore. C’est Ligia Macedo qui nous accueille toute souriante et nous qui nous conduit à l’hôtel Radisson.Le Salon ouvre à 18 heures;. A l’hôtel, tout le monde est déjà là, parfois depuis la veille ; toute la direction du fes­tival : Nelson Dona, le directeur  et tout l’équipe du CNBDI nous attendent de pied ferme. On patiente au bar, je retrouve Melina Gatto, la coorganisatrice de Cartoonits le Salon de Milan et un vieil ami mexicain Xisto Valencia Burgos et sa fille Monica. On évoque les souvenirs, Lucca 11 où étaient présents Jorge Perez Valdes et Gutteriez.

Départ pour le restaurant et je me retrouve face à Roberto Goiriz un dessinateur du Paraguay, Fernando Caretta, illustrateur du défunt Selen, Lloyy (Jorge  Martinez) et Milo Manara et sa femme Luisa. 

Le dîner se prolonge, on parle toutes les langues. Je suis nostalgique de ce type festival convivial à souhait. Plus tard  arrivent d’autres dessinateurs, des journalistes et commence les interviews (Leonardo de Sa) Je retrouve Claude Curcio, le directeur de Napoli Comicon et Marko Ajdaric, un serbe émigré au Brésil, grand spécialiste de BD . Retour à l’hôtel et poursuite des conversations autour d’un verre.

Le 27 octobre, départ en pullman pour une ballade à la pointe de l’Europe à Cabo de Roca sous un soleil estival. Photos souvenirs  et déjeuner dans un de ces restaurants typiques d’Amadora. A 15 heures, je suis appelé pour présenter mes quatre conférences réalisées en Power Point, Little Nemo, Spirit, Peanuts et Pratt. Salle pleine d’amateurs attentifs et passionnés, preuve vers 18 heures, on nous demandera de quitter la salle de conférences pour poursuivre nos discussions..

Dois-je vous rappeler le thème principal de cette manifestation qui se déroule sur deux étages  sur 5 000 mètres carrés. Le FIBDA avait contacté depuis longtemps une trentaine de spécialistes BD à travers le monde et leur avait demandé de sélectionner les 10 meilleures bandes dessinées du XX° siècle. Le résulat : Little Nemo,Krazy Kat, Tintin,  Batman,The Spirit, Peanuts,Asterix, Blueberry, Corto Maltese, Maus (Ce qui explique le choix de mes conférences). Exposition très spec­taculaire.

Les autres expositions étaient consacrées à Ziraldo, le grand humoriste brésilien dont les dessins ont fait le tour de la planète,Caso Tiotonio, une expo marquant le centenaire de Antonio Cardosa Lopez junior, la BD érotique avec Manara, Serpieri, Caretta et Liberatore préparée par Melina Gatto, Roberto Goiriz, Xisto Valencia Burgos, Asterix vu par ses amis,Daniel Zezelj, Mathieu Sapin, Jean Louis Marco,Lewis Trondheim et Cameron Stewart. Et une grande exposition consacrée aux jeunes talents portugais. Au total, une belle réalisation.

Les séances de dédicaces attiraient une foule importante de lecteurs durant ces journées. Dans la soirée, la cérémonie de remise de prix était animée par un trio de comédiens qui donnait une animation de qualité à ce genre qui s’éternise.  

Le seul nom que, j’ai retenu et pour cause, Jean-Claude Denis était primé pour sa dernière œuvre. Le lendemain, évasion vers Lisbonne, visite du château Saint Georges, Le museo civico antigua ou l’on trouve des beaux Jérôme Bosch et des Dürer. 16h30,départ vers l’aéroport avec l’angoisse de rester bloqués suite aux grèves, mais par chance, Edmond et moi sommes arrivés avec 30 minutes de retard à Roissy en formulant le même vœu « – A Amadora, l’an prochain ».

Claude Moliterni

 

Dans la galerie, la dernière photo, de gauche à droite:

Ruiz/Fernando Caretta/Monica Valencia Burgos/ Xisto Valencia Burgos/Claude Moliterni/Melina Gatto/ Roberto Goriz/Edmond Lee/Lloyy.