Sans cesse, il s’est remis en cause, évoluant  avec son temps passant  de la scène du night club au plateau de la télévision avec sa partenaire Velvet. La question qui se pose, Lee Falk, le créateur de Mandrake the Magician a-t-il été influencé (1934) par le personnage de Leon Mandrake ? Une chose est certaine Phil Davis passionné de magie et devenu ami avec Leon, aurait repris le graphisme de son personnage pour le faire ressembler au vrai magicien.

Léon Mandrake a été élevé dans le New Westminhter en Colombie britannique. Enfant, il a été fasciné par les grands magiciens de spectacle de variétés et dès lors, il a appris quelques tours de magie au contact des grands illusionnistes comme  Howard Thurston, Alexander (the Man Who Knows), Chefalo, Doc Verge, Bannister, and Ralph Richards (the Wizard). Par la suite, il a  suivi les tournées de ces spectacles et a réussi à se faire employer en échange de leçons de magie.

En 1927, Leon rejoint le spectacle magique de Ralph Richards. Ralph Richards présentait deux heures de spectacle avec un show basé sur la transmission de pensée qui impressionna fortement Leon Mandrake. Pendant six mois, il  a suivi le spectacle à travers l’Amérique du Nord jusqu’à sa dissolution, à Winnipeg dans le Manitoba.

En 1930, Leon Mandrake avait monté son propre spectacle et il commença sa tournée en se perfectionnant comme ventriloque. Il se marie avec Narda (tiens !)de 1939 à 1946 . Pendant cette période il a acheté plusieurs illusions à Alexander (the Man Who Knows) et en a créé d’autres. On le retrouve pendant cette période aux Etats-Unis et au Canada. Il s’installe l’hôtel Last Frontier à Las Vegas au milieu des années 40. Il divorce et se marie avec Velvet  qui avait été son assistance pendant la tournée du Blackstone Show en 1945. Leon et Velvet se destinent, à ce moment,  à des spectacles présentés dans des théâtres et par la suite dans des nights clubs entre 1940 et 1960.

C’est à cette époque qu’il met au point des spectacles de grandes illusions comme l’évasion d’un coffre scellé, de disparitions et apparitions dans des lieux différents. C’est à cette époque que Leon a rencontre à Saint Louis, Phil Davis,  et qu’ils sont devenus des amis fidèles.

               

Claude Moliterni