Cela se murmurait, depuis pas mal de temps, déjà, dans les milieux autorisés ! C’est aujourd’hui pratiquement officiel, puisque l’annonce intérieure en a été faite au Comité d’établissement d’Albin Michel. Tout n’est cependant pas complètement réglé, car comme le procès «Bourgeon contre Casterman» fait aujourd’hui, en partie, jurisprudence, l’éditeur de «Lanfeust» va certainement devoir étudier, cas par cas, tous les contrats liant les ex-auteurs du catalogue Albin Michel BD. En effet, il n’est pas du tout évident que des gens comme Vuillemin, Wolinski, Druillet, Veyron, Tronchet, Gillon, Manara, Varenne, Jean-C. Denis, Dodo & Ben Radis, Cabu, Margerin, Ptiluc, Cromwell, Riff, Mezzo, Isa, Stan & Vince, Froideval, Jano, Arnon, ou même le réservé Pétillon, acceptent naturellement ce brusque transfert éditorial. Nous ne savons pas non plus si Hervé Desinge, l’ancien directeur de publication et de rédaction, sera maintenu dans son poste : si ce n’était pas le cas, cela pourrait aussi avoir de lourdes conséquences sur les décisions qui seraient prises par ceux qui travaillaient pour ce mensuel d’humour. Faisons quand même confiance au fin négociateur qu’est Mourad Boudjellal : il n’a aucun intérêt à mettre en péril un catalogue aussi renommé ! Et puis, après tout, il est quand même bien pour quelque chose dans la réussite de la résurrection du label Futuropolis, non ? Par ailleurs, il faut aussi savoir que la société Soleil (MC Production), ainsi que ses associés, ont cédé la totalité de leurs participations dans les éditions Asuka et dans le site discount mang.com (regroupés au sein de la société Daipen Sarl) à la société Kaze SAS : histoire de se faire un peu de liquidité ???

 

Gilles Ratier