Si le 4ème volume du « Cycle de Cyann« , de François Bourgeon et Claude Lacroix, perd 1 toute petite place (il est quand même encore 3ème), dans le “Top 20” des meilleures ventes, tous genres de livres confondus, les mangas sont, encore une fois, les vainqueurs de la semaine. Certes, « Death Note » n’est plus dans ce classement, et le 27ème volume de « Naruto » recule de la 9ème à la 15ème position, mais le 26ème opus de « One Piece » (de Eiichiro Oda, aux éditions Glénat) arrive d’emblée à la 4ème place, et le 31ème tome de « Samurai deeper Kyo » (de Akimine Kamijyo, aux éditions Kana) n’est pas moins que 9ème ! Ceci est une véritable prouesse quand on sait que ce palmarès général est complètement dominé par les romans de Dan Brown (« Forteresse digitale » a repris la 1ère place, et la version poche de « Anges et démons » est 6ème) ou par les essais politiques de Pierre Péan, de Catherine Nay ou de Franz-Olivier Giesbert : élections présidentielles obligent…

 

Mais la politique fait aussi les choux gras de la BD franco-belge puisque « La face karchée de Sarkozy » grimpe encore de 2 places dans le “Top 15 BD” (hors mangas), poursuivi par « Le p’tit Sarko…« , lequel passe de la 15ème à la 4ème place, en l’espace de 2 semaines, seulement ! Quant au reste du classement, c’est un habile compromis entre produits mix (« Foot 2 rue« , « Les Rugbymen » et « Kaamelott« ), nouveautés en vogue («  Les Nombrils« , « Le légataire » et «  Le Chat du rabbin« ), et classiques incontournables : en effet, « Titeuf« , « Lanfeust« , « Valérian » ou «  Les Schtroumpfs » semblent immuables, même si « Thorgal » et « Jérémiah » ont tiré leurs révérences. Contrairement aux idées reçues, les “vieux” héros continuent à séduire un très large lectorat, lequel n’est nullement déçu par les derniers albums de ces vedettes du secteur. D’ailleurs, nous en voulons pour exemple que pour les 50 ans du « Gaston » d’André Franquin, les éditions Marsu ont réalisé un florilège de gags festifs, complété par quelques dessins inédits du maître décédé, il y a maintenant 10 ans (voir l’article de Cecil McKinley : 50 ans ? M’enfin… !) ; et, cet album, titré « Gaston 50« , a été volontairement tiré de manière limitée à 100 000 exemplaires dans un premier temps : un tirage qui se révèle finalement trop faible, par rapport à la demande, car les pré-notés des libraires s’élèvent déjà à 130 000 exemplaires !

 

Et même les rares nouveautés de la semaine sont aussi des classiques du secteur ; mais il faut aller les chercher en fin de classement : il s’agit du 12ème volume, en opération promotionnelle (tiré à 20 500 exemplaires, et vendu seulement 5 euros), de « Pierre Tombal » par Marc Hardy et Raoul Cauvin, en 14ème position, et du 291ème recueil (tiré à 19 000 exemplaires) de l’hebdomadaire Spirou, dont la série de gags « Pierre Tombal » est justement un pilier : un gros album de 512 pages qui ne coûte que 12 euros ! Eh oui, c’est une évidence, mais quand la BD n’est pas chère, elle se vend bien ! Or, justement, de nos jours, les coûts de production du livre ont sérieusement baissés : de 15% au moins pour le noir et blanc, et de 20 à 22% pour la couleur ! D’après Hubert Chicou, directeur général délégué du groupe Bayard, on peut fabriquer, aujourd’hui, 120 titres en moyenne, pour le prix de 100, hier ; ceci grâce, entre autres, à l’internationalisation des marchés : ce qui est, évidemment, un encouragement pour publier davantage de livres !

 

Puisqu’on parle de publier davantage, le magazine professionnel Livres Hebdo vient, quant à lui, d’annoncer le chiffre total de la production annuelle des livres publiés en langue française : 57 728 nouveautés et nouvelles éditions, soit une hausse qui atteint + 65% sur 10 ans, alors que l’activité, elle, se contente de patiner sur place ! ! ! Il faut alors revoir, légèrement, le chiffre annoncé dans notre rapport 2006 sur la BD : notre média favori ne représente donc que 7,15% des parutions et non 7,5% (pourcentage réalisé sur une estimation d’environ 55 000 livres, ce qui n’était pourtant pas si éloigné que ça du résultat final). Donc, en fait, malgré la hausse du nombre de BD en 2006 (14,7% de plus, par rapport à l’année précédente), il y en a moins en pourcentage qu’en 2005, année où le 9ème art représentait 7,2% des livres publiés ! Quand on sait combien d’employés de librairies spécialisés se plaignent de cette surproduction (d’autres parlent de richesse ou de diversité), car ils sont coincés par des enjeux d’espace physique et de trésorerie, on imagine assez mal comment peuvent résister les libraires généralistes ! Dans le meilleur des cas, ce sont de bons gestionnaires ; dans le pire des cas, ils deviennent des magasiniers ! Voici pourquoi certaines BD ont autant de mal à s’imposer dans les circuits généralistes. D’autant plus que, dans notre secteur, le fonds pèse encore d’un poids important (donc : nécessité d’emmagasiner des collections entières). Mais, évidemment, ce qui fait vivre le fonds, c’est la nouveauté ! Seulement, aujourd’hui, les nouveautés ont elles toutes les qualités pour constituer de futurs fonds ?

 

En tous cas, ce qui est sûr, c’est que le public, lui, est complètement perdu ! C’est ce que rappelle Guy Delcourt dans Livres Hebdo. Cet éditeur fut pourtant l’un des premiers à vanter les vertus d’une grosse production en BD, et, aujourd’hui encore, il défend le fait que la diversification soit une nécessité : manifestement avec raison, puisque son chiffre d’affaire, en 2006, a crû de 25% (autant que sa croissance de publications). Il n’hésite d’ailleurs pas à déclarer : “la vraie question n’est pas de se demander s’il y a trop de titres, mais de s’interroger sur la quantité de mauvais titres”, car il est persuadé que la solution n’est pas de faire moins, mais de faire mieux ! En attendant, les lecteurs, eux, se rassurent en achetant des livres déjà plébiscités par un très large succès : d’où l’importance des chiffres de tirages, lesquels deviennent, désormais, de véritables et solides arguments de vente !

 

Gilles RATIER, avec un tout petit peu de Laurent TURPIN

 

 

 

« TOP 15 BD » DE LA SEMAINE

DU 12 AU 18 FEVRIER 2007

(Copyright Ipsos/Livres Hebdo)

 

CLASSEMENT

SERIES

TITRES

AUTEURS

EDITEURS

1er

2e semaine

Le cycle de Cyann T.4

Les couleurs de Marcade

François Bourgeon, Claude Lacroix

VENTS D’OUEST

2ème

19e semaine

Titeuf T.11

Mes meilleurs copains

Zep

GLENAT

3ème

14e semaine

La face karchée de Sarkozy

 

Riss, Richard Malka, Philippe Cohen

VENTS D’OUEST/FAYARD

4ème

2e semaine

Le p’tit Chirac T.2

Le p’tit Sarko… et la p’tite Ségo…

Alteau, Jim, Gaston

JUNGLE

5ème

11e semaine

Lanfeust des étoiles T.6

Le râle du flibustier

Didier Tarquin, Christophe Arleston

SOLEIL

6ème

5e semaine

Valérian et Laureline T.20

L’ordre des pierres

Jean-Claude Mézières, Pierre Christin

DARGAUD

7ème

2e semaine

Foot 2 rue T.4

Les ennemis de l’ombre

Philippe Cardona, Mathieu Mariolle

SOLEIL

8ème

4e semaine

Les rugbymen T.4

Dimanche prochain, on jouera Samedi !

Poupard, Tibériu Béka

BAMBOO

9ème

6e semaine

Les Schtroumpfs T.25

Un enfant chez les Schtroumpfs

Jeroen De Coninck, Miguel Diaz Vizoso, Thierry Culliford

LOMBARD

10ème

4e semaine

Les nombrils T.4

Sale temps pour les moches

Delaf, Maryse Dubuc

DUPUIS

11ème

4e semaine

Le légataire T.2

Le songe de Médine

Camille Meyer, Joseph Béhé, Frank Giroud

GLENAT

12ème

11e semaine

Kaamelott T.1

L’armée du Nécromant

Steven Dupré, Alexandre Astier

CASTERMAN

13ème

11e semaine

Le chat du rabbin T.5

Jérusalem d’Afrique

Joann Sfar

DARGAUD

14ème

nouveau

Pierre Tombal T.12

Os courent

Marc Hardy, Raoul Cauvin

DUPUIS

15ème

nouveau

Album Spirou T.291

 

Collectif

DUPUIS