Du 20 décembre 2006 au 23 avril 2007, une exposition sera présentée à Beaubourg sur le thème de la BD reporters avec la participation de Edmond Baudoin, Cabu, Etienne Davodeau, Nicolas De Crecy, Guy Delisle, Dupuy -Berberian, Jacques Faton, Jacques Ferrandez, Gérald Gorridge, Didier Lefèvre, Emmanuel Guibert,
Jens Harder, Hureau, Jano, Johanna, Loustal, Xavier Löwenthal, Michael Matthys, Lorenzo Mattotti, Joe Sacco, Taniguchi, Troub’s à travers reportage et  carnet de voyage.

 

 

BD REPORTERS

20 DÉCEMBRE 2006 – 23 AVRIL 2007

CENTRE POMPIDOU Galerie des enfants

 

« La marche ou le dessin, c’est du temps rythmé mais non mesuré, du temps démesuré où s’emmagasine le furtif, le presque rien, ce qui fait l’essentiel de la vie »

Christian Rosset, compositeur

 

L’exposition BD Reporters nous conduit à l’exploration de ces nouveaux territoires, où la réalité rattrape la bande dessinée, du carnet de voyage au reportage. Quand les auteurs de bandes dessinées partent en voyage, ici ou ailleurs, ils nous livrent par le dessin leur rencontre des pays traversés. Témoins attentifs et discrets, ils nous proposent leur lecture du monde en croquant le quotidien et l’actualité de leur expérience singulière, certains utilisant la bande dessinée comme moyen journalistique.

 

Le parcours de l’exposition d’un pays à l’autre réunit 25 artistes.  Il aborde leur démarche par la présentation de croquis, de planches de bande dessinée, photos ou vidéos.

 

Que regardent ces dessinateurs ? Que choisissent-ils de représenter ? Quelles formes prennent leur écritures ? Autant de questions que cette exposition invite le public à se poser, en partageant le plaisir de la découverte, l’originalité et la richesse du neuvième art.

 

 

Avec Edmond Baudoin, Cabu, Etienne Davodeau, Nicolas de Crecy, Guy Delisle, Philippe Dupuy – Charles Berberian, Jacques Faton, Jacques Ferrandez, Gérald Gorridge, Emmanuel Guibert/Didier Lefèvre/Frederic Lemercier, Jens Harder, Simon Hureau, Jano, Johanna,  Loustal, Xavier Lowenthal, Michaël Matthys, Lorenzo Mattotti, Joe Sacco, Jiro Taniguchi, Troub’s, Wolinski.

 

ESCALES 1

Dans le premier espace de la Galerie, la bande dessinée part en voyage de la France au Pérou, en Indonésie, aux États-Unis, au Portugal, en Espagne, en Belgique, en Bosnie, en Afrique de l’Ouest et en Australie.

 

C’est le dessin qui m’a fait découvrir le voyage ! écrit Edmond Baudoin. Cet arpenteur du paysage nous propose une ouverture au voyage et au dessin Le Chemin de Saint-Jean à Villars sur Var. Il nous incite à abandonner les idées préconçues, à être à l’écoute, sensible au monde et aux êtres, traversant les lieux un carnet de croquis à la main.

 

Depuis toujours, Loustal voyage beaucoup et dessine ce qu’il voit devant lui au moment où il a envie de dessiner à la plume, à l’aquarelle, au pastel ou au crayon. De Java au Vietnam en passant par le Machu-Picchu, le Maroc ou les îles Marquises, ses dessins prolongent la quiétude du voyage et restituent la beauté des lieux qu’il a visités. Ses Carnets de voyages sont comme une respiration et participent à la réalité d’un lieu où il ne fait que passer.

 

Embarquement immédiat avec le tandem de la bande dessinée qui nous présente chacun leur carnet de voyage Philippe Dupuy avec New York et Charles Berberian Lisbonne, Barcelone, Paris, Biarritz, Trouville, Bruxelles, Londres, Beyrouth…

 

Le voyage se poursuit avec Jano au Brésil. Cet observateur sensible croque avec humour la réalité de Rio. Le film documentaire Rio de Jano d’Anna Azevedo, Eduardo Souza Lima et Renata Baldi nous invite à suivre l’artiste dans cette balade urbaine.

 

Collaborateur de « Charlie Hebdo » et du « Canard Enchaîné », journaliste-reporter en dessin, un style qu’il n’a pas inventé mais dont il a façonné les codes en France, Cabu ausculte le Centre Pompidou…

 

S’inspirant de petites séquences réelles, filmées à Charleroi, l’artiste Michäel Matthys choisit les bons plans à recadrer et à redessiner pour produire un crayonné. Il tente de nous faire ressentir  sa ville qu’il dessine avec le sang des abattoirs de Charleroi, la couleur symbolique de la vie qui circule dans nos veines, nos artères, notre cœur.

 

Regarder, écouter. Raconter, dessiner semble être la devise d’Étienne Davodeau qui cherche à raconter des histoires vraies comme Les Mauvaises Gens et Un homme est mort, ouvrages issus de rencontres, d’enquêtes qui ont permis à l’auteur de sortir de son atelier et de se confronter au monde. Vivement-Lundi présente un entretien avec Davodeau, un film  documentaire de Bénédicte Pagnot .

 

Auteur polyvalent, Jacques Faton travaille sur plusieurs supports : vidéo, photo, dessin, écriture…Il part à la rencontre de l’autre (les réfugiés bosniaques dans les camps slovènes, les étudiants des écoles d’art d’Afrique de l’Ouest). Il met ses outils et ses compétences à leur disposition pour leur permettre de prendre la parole et de réaliser un film (courte séquence en animation ou vidéo documentaire). Il leur propose de répondre à la question : « Comment parler de la réalité du conflit en ex-Yougoslavie ? » ou « Que dire à un ami rwandais qui fuit la guerre? ».

 

Défricheur de la bande dessinée de reportage, Joe Sacco accumule les notes, interviews, croquis, photographies qui l’aident ensuite à dessiner et construire ses albums. Il est parti à Goràzde, fin 1995, durant la guerre en Bosnie, classée zone de sécurité par l’ONU. Le témoignage du reporter et les autres témoignages s’entremêlent en un tissu narratif redonnant un espace d’expression aux anonymes.

 

Adepte du carnet de croquis, du journal de bord, Troub’s en emporte toujours avec lui. Ses livres sont des extensions de ses carnets comme Walkatju, situé en Australie, Manao Sary à Madagascar.

 

 

ESCALES 2

Dans le deuxième espace, la bande dessinée fait une escale à Angkor, au Cambodge et repart pour l’Afghanistan, l’Algérie, Israël, l’Inde, Taïwan, le Vietnam, le Japon , le Brésil et au Honduras.

 

Lorenzo Mattotti a d’abord employé le crayon, sa technique habituelle la plus directe, la plus graphique. Il a choisi le pinceau et l’encre de Chine pour la perspective géométrique, l’intensité du jour derrière les feuillages. Mais comment traduire la fascination des heures de pluie, les silhouettes fantomatiques noyées ? L’aquarelle, qu’il réserve d’habitude à ses cahiers les plus intimes, s’est imposée naturellement. Comme pour confirmer que « le mystère d’Angkor est celui que l’on porte en soi.  écrit Pierre Sorgue.

 

À l’occasion d’une visite à des amis européens travaillant pour la fondation cambodgienne d’aide à l’enfance défavorisée, Simon Hureau s’offre une immersion au Cambodge, hors des sentiers touristiques. En mêlant une vraie poésie et un sens peu commun du réalisme, il nous fait découvrir avec beaucoup de tendresse et d’humour la beauté de la muraille d’Angkor Vat où il va dormir à la belle étoile.

 

« Demain, je pars à Angkor visiter les plus belles ruines du monde. D’ailleurs à ce propos, je songe sérieusement à finir, là-bas, mes jours.»  écrit Wolinski. Cela fait cinquante ans qu’il parcourt la planète avec pour seul matériel ses yeux, ses mains, ses crayons et ses carnets.

 

 

«Conçue comme un chant polyphonique, la bande dessinée Le Photographe de Guibert / Lefèvre / Lemercier a pour source les nombreux voyages réalisés depuis 1986 par le photographe Didier Lefèvre, pour Médecins sans Frontières. Le dessinateur et scénariste Emmanuel Guibert l’a écouté raconter le pays, les gens, les coutumes, les anecdotes. Avec l’aide de Frédéric Lemercier à la mise en page, il a glissé ses dessins et ses commentaires entre les clichés, comblant ainsi les vides entre les photos ou prenant le relais quand celles-ci sont impossibles à prendre… » écrit le journaliste du «Monde» le 21 novembre 2003. S’instaure un véritable dialogue entre les matériaux graphiques et photographiques du récit.

A découvrir le journal filmé réalisé en 1986 par Juliette Fournot, chef de la mission MSF dont certaines images de guerre peuvent heurter la sensibilité du public.

 

Jacques Ferrandez nous raconte l’Algérie d’aujourd’hui. Un hymne à Alger la Blanche, sa Casbah, ses rues où les déambulations procurent une sensation très particulière, celle de fouler le ieu d’une civilisation très ancienne. Son port à l’odeur mêlée de marée, de poisson pourri et de gasoil. Son jardin d’essai dans le quartier du Hamma, un lieu privilégié de promenade dominicale pour les Algérois et un émerveillement pour les visiteurs de passage comme Gide, Montherlant, Renoir, Saint-Saëns.

 

L’auteur allemand Jens Harder nous présente les étapes de sa démarche pour créer l’album La Cité de Dieu . Dans ce reportage dessiné, il privilégie l’ironie subtile de l’observateur sur la ville sainte de Jérusalem. S’intéressant au quotidien, aux atmosphères, il nous invite à le suivre à la découverte des lieux de culte et de pèlerinage, sillonne à la fois les quartiers juif, chrétien et musulman et rend compte, précisément et sans parti pris, du comportement des fidèles, des religieux, des commerçants.

 

La narration de Guy Delisle sur son séjour de dix jours en Inde à New-Delhi introduit une dimension poétique et humaine qui ne néglige jamais l’humour et le décalage.

« …Sur place, j’ai pris quelques photos et des notes, sur la page de droite les événements du quotidien et celle de gauche des anecdotes qui s’y rattachent avec parfois un croquis. À mon retour, j’ai laissé tout ça de côté. Les événements sans importance se sont estompés et quand j’ai commencé à mettre tout ça en image, j’ai fonctionné à l’aide des souvenirs qui avaient survécu. En oubliant presque les photos et les notes. »

 

Née à Taïwan, Johanna y a vécu trois ans avant de déménager en France où elle a appris le français dans le journal « Tintin » et la BD à l’école d’Angoulême. Elle crée une installation évoquant son voyage à Taïwan, ce retour aux sources largement autobiographique dont elle relate l’aventure dans Née quelque part, la rencontre entre deux cultures, deux croyances différentes.

 

Papier et crayon à la main, Gérald Gorridge déambule dans les rues de Hanoï, capitale du Vietnam. Entre carnet de bord et chronique urbaine, souvenirs personnels et moments de découverte ou d’émotion, un portrait chaleureux d’une ville et d’un peuple.

 

Jirô Taniguchi nous invite à partager les balades souvent muettes et solitaires de son héros japonais. Dans « Le Long Chemin », L’Homme qui marche rencontre parfois un autre promeneur avec qui il partage, en silence, le bonheur de déambuler au hasard.

 

« Lors d’un voyage au Brésil, à Recife, pour un reportage dessiné, commandé par le magazine “Géo”, une “panne de représentation du réel” survient, entraînant un flot de questionnements sur la pratique du dessin. » Cette difficulté du rapport entre le réel et sa traduction dessinée entraîne Nicolas de Crécy dans l’écriture d’un nouveau récit Journal d’un fantôme. Dans ce dernier album, l’auteur se met en scène lui-même avec comme partenaire et compagnon de voyage, un dessin …

 

Parti pour un projet insensé (enseigner la bande dessinée à une tribu d’Indiens Tawakhas du fin fond du Honduras), Xavier Löwenthal ramène une série de lettres écrites à sa compagne. Ce récit d’un voyageur est une lettre d’amour qui mêle journal de voyage, récit d’un projet de sauvetage ethnolinguistique et regard sur les rapports nord-sud.

 

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

 

RENCONTRES

 

Rencontre BD Reporters

15 janvier 2007, Grande salle, niveau -1

de 14h à 18h

 

Faire du Bd journalisme, c’est manifester ses partis pris et un sentiment d’urgence qui font accéder le lecteur à un autre niveau d’information.

Art Spiegelman, Columbia Journalism Review

 

Public : lycéens, enseignants, adultes, fans de BD, écoles de journalisme.

 

Une rencontre animée par Jean-Pierre Mercier du CNBDI, Jean-Christophe Ogier de France Info et Boris Tissot du Centre Pompidou.

 

 

La bande dessinée permet de faire rêver le lecteur mais aujourd’hui elle se frotte aussi au réel. Cette rencontre permettra de découvrir l’univers de certains auteurs de bande dessinée s’emparant de thèmes de société et d’actualité et de s?interroger : qu’est-ce que la Bande dessinée de reportage ? Quelle relation y a t-il entre bande dessinée et journalisme ? Est-elle soumise aux mêmes règles que les médias traditionnels ? Quelle est la part du vrai et de l’imaginaire dans la bande dessinée de reportage ? Information ou narration ?

Comment les auteurs de BD prennent-ils en compte tous ces éléments dans la création de leur bande dessinée ? Comment rapporter la parole de ceux que l’on rencontre et la tension de l’événement vécu ?  Comment le trait, le dessin traduisent-ils l’actualité, le réel ?

 

 

Programmation en cours, sous réserve :

Patrick Chappatte , dessinateur  et Jean-Jacques Roth, directeur de publication du journal suisse de Genève « Le Temps », Cabu, Riss, dessinateurs et  Philippe Val, directeur de la rédaction de « Charlie Hebdo ».

 

Etienne Davodeau, Frédéric Debomy, Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre, Frédéric Lemercier, Xavier Lowenthal, auteurs de bande dessinée.

 

Joe Sacco vu par Jean-Pierre Mercier du CNBDI

 

Florence Aubenas, grand reporter au Nouvel Observateur,

Grégory Philipps grand reporter France Info,

Olivier Jobard, grand reporter photographe Sipa Press.

 

Juliette Fournot, Chef de la mission Médecins Sans Frontières en Afghanistan 1986

 

Hubertus von Amelunxen, directeur de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême et les étudiants de 4e année du « Master en bande dessinée » 

 

Robert Caron et le Centre Paris lecture : BD REPORTERS Vue par des jeunes.

 

 

En partenariat avec France-Info et en lien avec la Semaine de la presse et des médias dans l’école (19-24 mars 2007) organisée par le CLEMI, Ministère de l’éducation nationale.

 

 

Avec la collaboration du Centre national de la bande dessinée et de l’image.

 

Avec le soutien du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

 

 

 

 

1 auteur, 1 heure

Rencontres  du samedi 15h-16h avec des auteurs de bande dessinée dans la Galerie des enfants suivie d’une signature des livres à la librairie Flammarion.

Dans la limite des places disponibles et sur présentation du billet « Musée et Exposition » du jour. Gratuit pour les adhérents et –18 ans.

 

Programme :

 

23 décembre : Cabu et Luz

Du trait politique au croquis sur le vif, la palette de Cabu est celle d’un artiste complet. Il est un commentateur infatigable de l’actualité politique et sociale.

Son dernier ouvrage  Cabu et Paris  Ed. Hoëbeke 2006

 

Luz est l’un de ces trublions curieux et passionnés que le dessin et la musique excitent au point d’en faire un reporter-chroniqueur-dessinateur musical. Il évoquera sa découverte du milieu musical et ses élucubrations nocturnes avec ses albums récents: Claudiquant sur le dancefloor (Hoëbeke), 2005 Et Faire danser les filles (Hoëbeke), 2006

 

30 décembre : Edmond Baudoin

A partir de la bande dessinée  Le chemin de Saint-Jean   parue à l’Association en 2004, le dessinateur nous livre ses réflexions sur la création, le dessin, le voyage….

 

13 janvier : Johanna et Gérald Gorridge

Née à Taïwan, Johanna y a vécu trois ans avant de déménager à Paris où elle apprend le français dans le journal « Tintin » et la bande dessinée à Angoulême à l’Ecole supérieure de l’image. Devenue auteure de bande dessinée, elle nous raconte son aventure Née quelque part Edition Delcourt .

 

« Ma fascination pour le Vietnam remonte au premier voyage en 1992. Le fait de dessiner dans la rue a permis de multiples rencontres (et quelques embouteillages) et le fruit de ce travail a été exposé dans plusieurs musées ou galeries, ici et là-bas. Puis l’idée de la bande dessinée s’est imposée naturellement à partir de mes notes et croquis et l’album Les Fantômes de Hanoï, paru en septembre 2006 chez Casterman, propose à la fois une exploration de l’âme profonde de la ville et un regard malicieux sur ses habitants. » Gérald Gorridge

 

20 janvier : Pierre Christin

Ce journaliste, scénariste, qui a fait le tour du monde, aurait aimé être architecte pour bâtir toutes ces villes qu’il a racontées telles Los Angeles dans L’Étoile oubliée de Laurie Bloom ou le Belgrade encore yougoslave de Cœurs sanglants et autres faits divers avec Enki Bilal.

 

3 février : Guy Delisle

Auteur de la bande dessinée Shenzhen et Pyongyang,Edition l’Association  à mi-chemin entre le journal et le reportage, il témoigne de ses voyages en Chine et en Corée du Nord, le pays le plus fermé au monde.

 

10 février : Jacques Faton

Jacques Faton évoque le rôle de la parenté à plaisanterie, pratique millénaire en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Burkina Faso) et raconte ses activités au sein d’un collectif ou d’une association (Atelier Graphoui, Khiasma, Pontos, École des arts de Dakar, École de recherche graphique de Bruxelles…)

 

 

17 février : Jens Harder

Privilégiant l’ironie subtile de l’observateur, comme l’écrivent « Les Inrockuptibles » à propos de la bande dessinée La Cité de Dieu, Edition de l’AN 2, Jens Harder nous invite à le suivre à la découverte des lieux de culte et de pèlerinage en déambulant à Jérusalem de quartier en quartier. Il nous racontera l’histoire de ce livre et son immersion dans la ville éternelle.

 

24 février : Christophe Dabitch

L’auteur nous présente la revue « La lunette » de Bordeaux : une revue de reportages graphiques. Accompagné de Jean-Denis Pendanx avec lequel il vient de publier chez Futuropolis Abdallahi  2006 : une histoire inspirée de celle de René Caillié devenu Abdallahi qui voyagea en Afrique de l’Ouest au début du 19ème siècle en se faisant passer pour arabe et musulman.

 

17 mars : Dupuy-Berberian 

Le célèbre tandem de la bande dessinée présente leurs derniers carnets de voyages aux Editions Cornelius et  leur dernier ouvrage, un collector Tout l’univers de Dupuy-Berberian (ou presque)paru aux éditions Panama.

 

24 mars : Troub’s

Troub’s nous entraîne dans ses voyages, carnet de croquis à la main, de l’Australie à Madagascar ou en Afrique. Il évoque le processus de travail, du carnet de croquis à la maquette sur  ordinateur, au livre publié chez Alain Beaulet. www.chez-troubs.com

 

 

7 avril : Renaud De Heyn

Avec des dessins et aquarelles superbes, il nous propose le fruit de plusieurs séjours au Pakistan : son carnet de voyage La Tentation  publié aux Editions de la 5e couche.

 

14 avril : Michaël Matthys

L’auteur nous parle de sa perception de la ville de Charleroi en Belgique et de sa démarche plastique s’inspirant de petites séquences réelles, filmées dans « La ville rouge » (Ed. Fremok 2007) qui transcrivent des ambiances, des images, des mouvements, des personnages…