Ne voulant renouveler l’expérience de l’année dernière, la ville parsemée de bulles écrasées par la neige, le FIBD s’est décidé en accord avec la Mairie d’aller s’installer sur les berges de la Charente qui espérons-le ne débordera pas. Au-delà d’une dimension matérielle et pratique, cela traduit une évolution majeure de l’événement, reposant sur une séparation de la partie « salon » et de la partie « festival » proprement dite (programmation culturelle de la manifestation).

 

L’ensemble de l’offre éditoriale de la bande dessinée sera ainsi regroupé sur une surface unique de 12 000 m2 recouverte de structures modulables qui vont être implantées sur le Parc de Bourgines, au pied du plateau d’Angoulême, fédérant ainsi l’ensemble des éditeurs, partie prenante dans cette décision. Ce dispositif permettra d’offrir au public pendant la durée de la manifestation la plus grande librairie de bande dessinée au monde, intégrant de nombreuses animations (forums, studio radio…). Pour les déplacements on nous assure des navettes. Depuis plus de trente ans, nous avions nos habitudes, on fréquentait les mêmes hôtels, les mêmes restaurants, les mêmes bars. Mais changement d’herbage, réjouit le veau ! Claude Moliterni

 

Clic sur l’appareil photo et vous découvrirez quelques photos  de l’endroit ou va s’installer le Festival.