«Pourquoi a-t-on tout à coup des craintes pour l’autonomie de Dupuis?, s’interroge-t-il. Quand Frère et Hachette nous ont rachetés, personne ne s’est insurgé. Pourquoi l’autonomie serait-elle tout à coup remise en question? Je ne crois pas que nous soyons en danger.» Il poursuit : Nous sommes plusieurs auteurs à être restés volontairement sur la touche. On nous a mêmes traités de collabos. Mais à présent, ça suffit. C’est la première fois que je m’énerve mais je trouve la situation lamentable. Pour les auteurs, la meilleure façon d’aider le personnel de Dupuis, c’est de reprendre le travail.»Le personnel a repris le travail, c’est exact, mais semble être traumatisé par ces journées où toutes les rumeurs les plus incroyables circulaient. Il ne fait aucun doute que  cette ambiance lourde laissera quelques séquelles à digérer.Mais les deux derniers  irréductibles de la rédaction éditoriale qui contestaient le nouveau plan de Média Particpation ont été licenciés. (A suivre)

Claude Moliterni

Info La Libre Belgique