Ce cru 2005 mettait à l’honneur Dupuy et Berbérian, Grand Boum 2004 et auteurs de l’affiche de cette nouvelle édition, qui s’est déroulée du 24 au 27novembre. Les créateurs de Monsieur Jean bénéficiaient  ainsi d’une sympathique exposition, habilement sténographiée par Fanitita et que les retardataires auront la chance de pouvoir découvrir, à la bibliothèque abbé Grégoire,  jusqu’au 3 janvier prochain.

 

 

 

Ces retardataires n’auront pas la même chance avec Corbeyran, qui servait de fil conducteur à de nombreuses expositions, toutes consacrées au travail de ce scénariste avec un dessinateur particulier (Berlion, Guérineau, Murat, …) . Bravo à cette réalisation de l’association belge Sur la pointe du pinceau, qui permit (enfin) de consacrer un scénariste de très grand talent et aux multiples facettes. Les membres du jury du Prix Jacques Lob ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en décernant leur prix du meilleur scénariste de l’année à l’auteur du Chant des Stryges, un prix indépendant du festival, il convient de le signaler. Tout comme il convient de rappeler l’importante activité que développe Corbeyran au sein de BD Boum depuis de nombreuses années à travers notamment l’écriture, autour de témoignages vécus, de scénarios sur le milieu pénitentiaire hier et sur la surdité aujourd’hui (Paroles de sourd, un ouvrage collectif, co-édité par Bd Boum et Delcourt, vient de paraître et mérite votre attention tant par le sujet traité que pour les qualités graphique et narrative de ses récits).

 

 

 

Autre sujet d’importance, le statut des coloristes, était abordé au cours d’un débat où s’exprimèrent notamment Claude Guth et Christian Lerolle. Un intéressant débat qui donna un coup de projecteur sur une profession récente (la fonction était souvent assurée par les proches du dessinateur dans le passé), dont les aspects artistiques, qui contribuent souvent à la pleine dimension des albums, reste encore méconnus du grand public. Ce débat était animé par Gilles ratier. Notre confrère, dont une nouvelle édition très largement augmentée de son ouvrage de référence consacré aux scénaristes : Avant la case, vient de paraître, se vit également remettre la médaille en chocolat du meilleur journaliste de l’année. A l’heure où nous écrivons ces lignes, il se demande encore s’il doit la manger ou l’encadrer !

 

 

 

Pour finir, honneur à l’italien Lorenzo Mattotti, Grand Boum 2005. Un excellent choix qui récompense l’auteur de Feux – un chef-d’œuvre du neuvième art – et de nombreux autres ouvrages (Docteur Jeckyll et Mister Hyde, chez Casterman, l’an passé), de bande dessinées ou d’illustration. Lorenzo Mattotti dessinera l’affiche du prochain festival et une exposition lui sera entièrement consacrée en 2006. Attention les yeux !

 

 

 

Les autres prix remis sont :

 

 

 

          Prix ligue de l’enseignement jeune Public, sélectionné par un jury enfants (6-10 ans): Nicolas Nemeri , « Hyper Nippo », Delcourt

 

 

 

          Prix Région centre, récompensant un album pour sa portée citoyenne : Pierre Henry et Louis Alloing, « dans la secte », La Boîte à Bules

 

 

 

          Prix Nouvelle République, pour un auteur « du cru », résidant ou natif de la région du quotidien : Li An  « Fantôme Blanc », Vents d’Ouest

 

 

 

          Prix Conseil Général, sélectionné par un jury enfant (11-13 ans): François Roussel, pour l’album « Matt & Higgins tome3 », Soleil

 

          Quant aux célèbres Médailles en chocolat, « décernées aux lauréats jugés aptes à en supporter l’indigestion », outre à Gilles Ratier, elles ont été attribués à Fluide Glacial, qui fête ses trente ans cette année, et à Forton.

 

 

 

Laurent TURPIN