A peine débarqués de l’avion,  nous étions accueillis, Bernard Mahé et moi-même par le sourire de Ligia Macedo et entraînés vers le vernissage de l’exposition Miguel Rocha, dessinateur portugais primé l’année dernière. Vers minuit, après un cocktail et le dîner nous nous endormions fatigués mais heureux de l’accueil du FIBDA, dans les chambres de  l’hôtel Radisson . Le lendemain matin en compagnie d’ Al Davidson, cartoonist anglais, Cameron Mitchell , de Rick Veith, américains,d’Alexcandro Zograf, et de Vittorio Giardino nous sommes allés visiter la ville. Le déjeuner nous réunissait dans la tradition conviviale du Lucca des années 80 (La Buca de San Antonio- Il Giglio) ou d’Expocartoon à Rome. Dès l’après midi on découvrait le lieu même de la manifestation ou nous attendait une performance  réalisée par des comédiens en l’honneur de Little Nemo et ensuite la scénographie  dédiée aux auteurs étrangers et portugais sur le thème du rêve. Un véritable labyrinthe nous faisait découvrir les pages originales de Nemo aimablement prêtées par Bernard Mahé, celles  d’auteurs comme Giardino, Robert Gigi, Dany, Zograf, Al Davidson, Veitch, Ricardo Ferrand, Richard Ferrand, Camara, José Abrantes, Al Davidson, Cameron Stewart, Ed Brubaker,José Ruy , Michel Rocha etc…Des dédicaces, des conférences réunissaient dessinateurs et lecteurs. Tandis que dles projections de films d’animation étaient organisées le matin. Le Festival qui se poursuit pendant trois semaines accueille plus d’une quarantaine d’auteurs repartis durant trois week-ends. Une organisation hors pair, le sourire de Ligia Macedo et de Sandra Lavinha, les deux collaboratrices du directeur Nelson Dona et  la disponibilité de Pedro Mota entourés d’une dizaine de collaborateurs font, actuellement, de ce festival l’un des meilleurs en qualité  tant par sa conception et que par sa réalisation. Claude Moliterni