Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir les images du festival

 

Le salon Torino Comics s’est tenu du 1 au 3 avril.

Deux invités de marque : Juan Gimenez et Vittotio Giradino et une pléiade de dessinateurs italiens, dont Simone Bianchi (Ego Sum), Luca Enoch et Alberti ( Morgana), Maximilliano Frezzato (Le Village perdu), Joseph Vig et Flavio Tiosi (Mayapan), Bianchi, Santuci et Evangilista (La Termite Bianca) Mastantuno-Corgiat (Elias), et bien sûr comme dans n’importe quel salon qui se respecte, l’invasion des mangas était impressionnante. L’aspect culturel n’était pas négligé avec une magnifique exposition consacrée à Juan Gimenez, à Simone Bianchi dont le talent ne plus aucun doute, Maximilliano Frezzato qui lui explose tant il est génial, ainsi qu’une exposition sur la BD africaine en présence d’un jeune Congolais réfugié en France, Willy Zekid. Pendant trois journées les tables rondes, conférences et projections se sont succédées dans la magnifique salle Will Eisner. On retiendra plus particulièrement le projet de syndicat de dessinateurs mené par Ivo Milazzo (Ken Parker) et Gianfranco Goria (aFNews), la conférence sur Grandeur et la décadence de la presse BD française en présence  de Luca Boschi, Gianfranco Goria et Claude Moliterni, La BD africaine avec le témoignage poignant de Willy Zekid, en présence Paolo Rovero, Marisa Paulucci et Claude Moliterni et pour terminer la brillante participation de Vittorio Giardino et d’Oscar Cosulich sur le thème BD et cinéma.

N’oublions pas l’espace ludique réservé aux nombreux amateurs de jeux vidéo et de jeux de rôle.

Un Cosplay clôturait cette manifestation de qualité organisée par Vittorio Pavesio et ses collaborateurs.