Une bien belle occasion de rendre hommage au célèbre Little Nemo de Winsor McCay (créé en 1905), à travers un scénario original, écrit à la demande du Festival par José-Louis Bocquet et Thierry Smolderen.

 

Au-dessus de la scène, on disposera un écran géant de type «split-screen», partagé en quatre cases, qui formera une sorte de planche de bande dessinée géante.

Aux deux extrémités de la scène, deux bureaux inclinés équipés de caméra accueilleront successivement les dessinateurs qui rempliront peu à peu les quatre cases, dans l’ordre chronologique durécit.

Les dessins, qui pourront éventuellement être réalisés sur me palette graphique, seront projetés sur le grand écran.

 

Quelques secondes après la fin de l’exécution de la quatrième case, le noir se fera, une nouvelle planche vierge apparaîtra. Et le récit se poursuivra jusqu’à sa conclusion: Little Nerno tombant de son lit.

 

Au centre de la scène, trois musiciens (Fred Deville au violoncelle, Gérard Tempiat au violon et Areski Belkacem aux percussions, banjo, etc.) accompagneront les mouvements du récit et des dessinateurs, à la façon des orchestres du cinéma muet. Rappelons au passage qu’ Areski Belkacem, auteur de la partition originale, est depuis 30 ans le compositeur et l’époux le la chanteuse Brigitte Fontaine.

 

Les noms pressentis pour dessiner en direct sont (sous ‘éserves) : Moebius, Johan De Moor, Nicolas de Crécy, Zep, etc.

 

 (Durée: 35 minutes)