Corso, le privé de Saint Tropez aux chemises à fleurs, est contacté par une comtesse russe pour retrouver l’un de ses amis. Le cachet mirobolant et le massif associé qui lui est imposé annoncent que cette mission sera moins facile que prévu.

 

La série, justement sous-titrée « Le privé de la jet set », remet au goût du jour l’image du détective habile, séducteur et franc tireur, avec ce beau garçon intéressé, cynique et fin psychologue. Comme ses prédécesseurs, il a fait son trou grâce à son charisme, se défie des fonctionnaires mesquins et incapables, et dispose d’une morale très personnelle qui lui permet d’entretenir des amitiés dans tous les milieux. Mais Corso n’est pas le Choucas (chez Dupuis). Entre le Kevin Costner de Body gard et l’Humphrey Bogart du grand sommeil, ce privé caustique et sûr de lui, immergé dans le star system, est lui même une star, comme en font foi ses succès amoureux, ses émoluments confortables ou ses relations prestigieuses.

 

            Introduite comme un film hollywoodien, avec un prologue de cinq planches qui campe le personnage et son univers, la série permet de conjuguer les atouts du thriller financier, du polar et des récits d’aventures. Le dessin est réaliste, les couleurs riches, saturées et contrastées, à l’image du milieu dans lequel évolue Corso. Malgré quelques passages convenus, des personnages parfois caricaturaux et un dénouement un peu faible, ce premier opus séduit par la personnalité de son héros et le dynamisme de la composition romanesque.

Joël Dubos