Male Call

Etats-Unis

1943

Brune et séduisante pin-up à mi-chemin entre Rita Hayworth et Betty Grable, Miss Lace est l’héroïne de Male Call, une série d’histoires de deux bandes ayant à chaque fois une fin, un peu piquante, mais toujours dans les limites de l’acceptable. Male Call est réalisée pour la presse de l’armée américaine, du 24 janvier 1943 au 3 mars 1946 par Milton Caniff, l’auteur de Terry and the Pirates. On s’embrasse beaucoup et les baisers sont passionnels, on y trouve un peu de coquetterie et quelques séquences vaguement sexy. Ce sont les principaux ingrédients de cette série où il ne se passe jamais rien d’irréparable ni d’indécent. Lace est en fait une brave fille et la morale est toujours sauve.

Dans ces histoires, bien sûr, le conflit mondial n’apparaît jamais. Les GI’S savaient trop bien ce qu’était la guerre, et il n’y avait aucune raison pour que Caniff et les autres auteurs de comics publiant dans ces journaux le leur rappellent. CM

CANIFF, Milton

États-Unis (1907-1988)

Né le 28 février 1907 à Hillsboro (Ohio). Après le collège, Milton Caniff entre à l’université et obtient son diplôme à l’Ohio State University. Sur les conseils du dessinateur W. Ireland il opte pour la carrière de dessinateur et commence à travailler avec le Dayton Journal, le Miami Daily News et le Columbus Dispatch. En 1932, il s’installe à New York et collabore à l’Associated Press où il crée Puffy the Pig et The Gay Thirties, et l’année suivante, Dickie Dare, tandis qu’il travaille avec Noel Sickles à la création de Scorchy Smith et qu’il seconde Bill Dwyer dans la réalisation de Dum Dora, une jolie adolescente créée par Chic Young qui l’avait abandonnée pour se consacrer à Blondie. En octobre 1934, le New York News lui demande une aventure exotique qui le conduit à la création de Terry and the Pirates, qu’il réalise jusqu’en 1946 avec succès, aussi bien auprès du public que de la critique, série dans laquelle Caniff, sous l’influence de Noel Sickles, impose ce style de dessin au pinceau en jouant avec de larges aplats noirs qui facilitaient la narration, tout en organisant chaque image autour d’un point solide. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il dessine la bande Male Call produite gratuitement pour le Camp Newspaper Service. En 1947, avec une planche dominicale, il entre dans le mythe et dans l’histoire de la B.D. : Caniff lance en janvier 1947 pour le Field Newspaper Syndicate sa dernière création, Steve Canyon, qu’il dessine jusqu’à sa mort, le 3 avril 1988 à New York. Fondateur de la National Cartoonist Society, dont il a été aussi le président, Caniff a gagné le prix Reuben en 1946 et en 1972 lors du First American Comics Congress de New York. CM