Il ne s’agit pas à proprement parler de la meilleure bande dessinée de ces 20 dernières années, vision totalement subjective que chacun définira à son niveau,  mais de celle qui, tout en ayant marqué son temps par ses remarquables qualités narratives et graphiques a su retenir, parmi les autres lauréats annuels, l’attention des critiques de bande dessinée par son message universel et son aspect intemporel.

 

Leila vit en France. Jeune Marocaine de 17 ans, contrainte par ses parents et ses frères à vivre dans le respect des traditions, elle fugue vers le Maroc. Célestin est un jeune Africain qui ne se reconnaît plus dans son pays et part vers cette Europe qu’il idéalise.

 

Leurs chemins se croisent, près de Tanger, dans le bar du vieux Français. Ils se découvrent, s’aiment passionnément, puis se séparent, non sans promettre de se retrouver un an après, toujours dans le bar de ce vieux Français, le narrateur de cette histoire qui attend leurs retrouvailles avec impatience. Mais là-bas, dans le désert d’Algérie, Célestin ne sera pas au rendez-vous. Ils le regrettent encore tous les deux.

 

Récit captivant de Denis Lapière, dessin très clair et très stylisé de Jean-Philippe Stassen, hommage aux apatrides et grande histoire d’amour dédiée à l’indépendance individuelle et culturelle, à la liberté, à la tolérance et au respect des différences, Le Bar du vieux Français est une œuvre puissante en deux volumes parus directement en albums, en mai 1992 et juin 1993, aux éditions Dupuis dans la collection « Aire libre ». Après une publication en intégrale, les deux volumes sont réédités dans la collection « poche » en grand format Horizons en 2003.

 

Les critiques de bande dessinée avaient fort à faire pour déterminer quel ouvrage, parmi l’ensemble des prix décernés au cours de ces 20 dernières années, ils devraient mettre en avant. Après un premier tour de vote, deux albums aussi remarquables que différents, Le bar du vieux français, donc, et From Hell, le chef-d’œuvre d’Alan Moore et Eddie Campbell, restaient en compétition. Force est de constater que ces deux derniers ouvrages méritaient autant de se voir décerner ce prix, bénéficiant en outre de qualités si complémentaires qu’il n’aurait peut-être pas fallu les départager, chacun symbolisant, avec son style propre,  l’intelligence graphique et narrative du neuvième art contemporain. Par principe, il ne devait en rester qu’un. Fort démocratiquement, sur le fondement d’ « Un critique, une voix », les membres de l’ACBD choisirent Le Bar du vieux français.  Nous adressons donc toutes nos félicitations aux deux lauréats,  Denis Lapière et Jean-Philippe Stassen, qui seront présent au Salon du Livre Samedi, où leur sera officiellement remis (espace BD, samedi en fin de matinée ou début d ?après midi) le Grand Prix des 20 ans de l’ACBD.

Laurent Turpin

 

Pour mémoire, les 20 prix des critiques, parmi lesquels (et exclusivement) les membres de l’ACBD avait à choisir :

1984 : “Bloody Mary” de Jean Teulé et Jean Vautrin, éditions Glénat.

1985 : “Les Pionniers de l’aventure humaine” de François Boucq, éditions Casterman.

1986 : “Le Bal de la sueur” de Cromwell, Riff Reb’s et Ralph, éditions E.D.S.

1987 : “Jacques Gallard T.2 : Soviet Zig-Zag” de Jean-Louis Tripp et Marc Barcelo, éditions Milan.

1988 : “Stars d’un jour” de Tronchet, éditions Delcourt.

1989 : “Adler T.2 : Le Repaire du Kanata” de René Sterne, éditions Le Lombard.

1990 : “Dans le Ventre du Minotaure” de Fred Beltran, éditions Humanoïdes associés.

1991 : “Les Lumières de l’Amalou T.1 : Théo” de Claire Wendling, éditions Delcourt.

1992 : “La Bretelle ne passera pas ! ! !” de Jean-Luc Abiven, éditions Rackham.

1993 : “Le Bar du vieux Français” de Jean-Philippe Stassen et Denis Lapière, éditions Dupuis.

1994 : “Adam Sarlech T.3 : Le testament sous la neige” de Frédéric Bézian, éditions Humanoïdes associés.

1995 : “L’Argent roi” collectif dirigé par Thierry Groensteen, éditions Autrement.

1996 : “l’Histoire du conteur électrique” de Fred, éditions Dargaud.

1997 : “Il faut le croire pour le voir” de Alain Bignon et Jean-Claude Forest, éditions Dargaud.

1998 : “Un Ver dans le fruit” de Pascal Rabaté, éditions Vents d’Ouest.

1999 : “Azrayen T.1” de Lax et Frank Giroud, éditions Dupuis.

2000 :“L’Art invisible” de Scott McCloud, éditions Vertige Graphic.

2001 : “From Hell” de Eddie Campbell et Alan Moore, éditions Delcourt.

2002 : “Un Monde de différence” de Howard Cruse, éditions Vertige Graphic.

2003 : “Jimmy Corrigan” de Chris Ware, éditions Delcourt.

2004 : “La Grippe coloniale T.1 : Le retour d’Ulysse” par Serge Huo-Chao-Si et Appollo, éditions Vents d’Ouest.