Fred s’est confié  avec pudeur sur son métier. Il l’ a raconté tel un trapéziste , se jetant  de case de case sans savoir si un trapèze l’attendait pour lui permettre de passer à la case suivante. Un Fred en pleine forme, sourire au lèvres,  heureux de nous raconter ses premiers pas  dans les pages de Hara-Kiri et de sa rencontre avec René Goscinny. Un grand moment plein d’émotion.CM