Plus sérieusement, la dimension sympathique de la chose fut d’utiliser la couverture de la revue comme un espace d’expression pour un gag visuel. C’est ainsi que le recueil de le totalité de ces 324 couvertures (de avril 1975 à juin 2003), plus qu’une simple compilation historique, se lit donc comme un agréable livre d’images humoristiques . D’histoire (et de souvenirs pour beaucoup d’entre nous), il en est pourtant question car l’évolution du journal se découvre au fil du temps, comme par exemple le fameux label « Umour et Bandessinées », qui apparaît sur la couverture signée de Franquin du n°18, de décembre 1977. Franquin, qui publiait à l’époque dans Fluide Glacial ses Idées noires, dessinera d’ailleurs une autre couverture en septembre 79 (n°39). Parmi les 44 auteurs, tous recensés en fin d’ouvrage, ayant réalisé au moins une couverture de Fluide glacial, on notera que le trio de tête est composé d’Edika (48), Binet (36), et Solé (35). Gotlib n’apparaît qu’en quatrième position (31) mais il est vrai que le créateur de Fluide Glacial, qui a beaucoup donné au démarrage du magazine, n’a signé que deux couvertures ces dix dernières années. Notons pour les amateurs que l’ensemble des auteurs ayant réalisé au moins un page dans Fluide Glacial est également recensé en fin de livre, tout comme les auteurs au sommaire de chaque numéro, ce qui confère à l’ouvrage une dimension encyclopédique indéniable. Celle ci reste pourtant secondaire au regard du plaisir et des sourires que procurent la lecture de chacune des pages où chacun trouvera le moment de s’attarder pour contempler l’extraordinaire travail réalisé par cette « bande d’auteurs » depuis presque 30 ans. LT