Le début : Enfermée dans la cave de la maison familiale, Ayako ne prend pas encore la mesure de son enfermement. Elle est protégée et cajolée par sa mère qui remue ciel et terre pour infléchir la décision de la famille.

 

 

Notre avis : 2003 est une excellente année pour le manga en France puisque de nombreux éditeurs proposent désormais des récits à dimensions sociale, humaine et culturelle, autres que les sempiternelles et innombrables séries enfantines auxquelles la production nous avait habitués. Delcourt, associé à Akata pour la supervision éditoriale de sa collection Mangas, ne déroge pas à la règle en éditant notamment ce récit encore inédit en France d’Osamu Tesuka. C’est en 1972 que « le dieu du Manga », auteur par ailleurs des célèbres Roi Léo et Astro Boy, crée Ayako, un chef d’œuvre de réalisme historique et social, qui dépeint la fin de l’après guerre japonais, à travers une famille de propriétaires terriens qui tente de maintenir sa dimension traditionnelle dans un pays en pleine restructuration. Toutes les bassesses et compromissions sont ici de mises pour protéger la respectabilité extérieure de la famille, au dépend d’Ayako, une jeune fille enfermée de longues années dans une cave et dont le destin tragique sert de fil conducteur à Tésuka pour évoquer, sans concession, cette triste et délicate « période de brouillard » du Japon. Plus qu’indispensable ! LT

Delcourt – Collection Mangas – 7,95€