« Melody Bondage T.1 : My name is Bondage » par Claire Bouilhac et Jake Raynal

Editions AUDIE (9,95 Euros)

Chez Fluide Glacial, la couleur est de rigueur depuis l’arrivée d’Albert Algoud au poste de rédac’ chef, même si quelques bastions (Binet, Lelong…) résistent encore à l’envahisseur rénovateur ! En tous cas, ce déluge d’oranges, rouges, bleus et autres verts «pop psychédéliques» mettent bien en valeur la nouvelle héroïne sexy (qui est aussi un mélange de James Bond et d’Austin Power) créée par Jake Raynal et Claire Bouilhac. Le trait noir mais gracieux de cette dernière est sublimé par cette mise en couleur aussi parodique et décalée que les scénarios déjantés et absurdes écrits par Jake Raynal : tous les prétextes sont bons pour ficeler notre espionne aux gros seins, laquelle multiplie les poses suggestives. Cette suite de gentils et futiles délires contribue à renouveler la palette humoristique du célèbre mensuel créé par Gotlib, et c’est tant mieux !

 

« La mauvaise fée » par Horacio Domingues et Carlos Trillo

Editions Albin Michel (13,90 Euros)

Il semblerait que tout ce qu’écrit le scénariste argentin Carlos Trillo vaille le détour, quelque soit le genre abordé : même quand il se commet dans l’heroic-fantasy ! Certes, ce n’est pas le domaine où son art de la narration prend toute sa dimension ; mais, même si l’on a plus de 15 ans, Trillo arrive à nous intéresser avec ses histoires féeriques de gnomes, de lutins et de goblins. On arrive même à prendre un certain plaisir à suivre cette enquête menée par un lutin dandy et détective privé sur les nombreux assassinats de fées qui secouent le monde des contes et légendes. Le traitement humoristique de l’affaire rend le dessin cartoonesque de son compatriote Horacio Domingues totalement adéquat : en résumé, l’ensemble est fort plaisant et vaut le détour !

 

« Les caméléons » par Fabrice Le Hénanff et Henri Fabuel

Editions Casterman (13,50 Euros)

Voilà une première BD due à deux néophytes qui mérite votre attention ! Le graphiste d’origine bretonne enlumine régulièrement les pages du quotidien régional Le Télégramme de Brest et restitue ici avec force et romantisme (grâce aussi à de judicieuses couleurs directes) toute l’horreur de la Première Guerre Mondiale. Quant au scénariste, il est instituteur, chargé de mission auprès des enfants du voyage. Il nous propose une espèce de thriller historique basé sur l’histoire d’une unité combattante de peintres-soldats : les Caméléons, célèbres pour leurs capacités à se camoufler dans le paysage. Pourtant, pour la plupart, ils mourront aux combats dans les tranchées. Un des rares rescapés de ce mouroir, refait sa vie avec la veuve d’un de ses amis disparus au front et il administre désormais son art avec arrogance. Mais voilà qu’en 1921, le squelette de son compagnon de guerre et d’atelier ressurgit de la glaise du champ de bataille où il était enfoui… Vous pouvez nous croire, cette histoire aussi dense et originale que son illustration va vous étonner !

 

« Sur les terres d’Horus T.3 : Tiasatré ou le jugement d’Anubis » par Isabelle Dethan

Editions Delcourt (12,50 Euros)

Même si on peut lui préférer sa « Tante Henriette » ou son « Ingrid » (dans l’excellente collection « Encrages » des mêmes éditions Delcourt), on ne peut nier l’intérêt de cette série historique signée par une des membres les plus actifs de l’Atelier Sanzot. Elle nous fait découvrir l’Egypte ancienne avec ses dieux, ses mythes et ses coutumes et, dans ce troisième album, nous retrouvons sa belle et attachante héroïne, la pauvre Meresankh. Elle affronte le fils du pharaon lors d’une enquête dans le harem royal où ont eu lieu plusieurs meurtres accomplis au nom du dieu des morts : Anubis. Un dessin sensuel et une solide documentation nous permettent de passer un bon moment de lecture, en attendant la suite et la fin de ce cycle qui ne saurait trop tarder.

 

« L’expert T.1 : Le triomphe de Saint Waldemar » par Brada et Frank Giroud

Editions Glénat (10,99 Euros)

Ayant mis fin à Son Œuvre (à savoir «Le décalogue», chez le même éditeur), Frank Giroud attaque une nouvelle série qui mélange allègrement enquête policière et roman historique pour le compte de la mystique collection «Loge noire», dirigée par le franc-maçonnique Didier Convard. Un expert artistique de renom est mis en défaut par une spécialiste de l’Europe Slave du bas Moyen-âge : le tableau qu’il expose est, d’après elle, un faux grossier car il présente un anachronisme en contradiction flagrante avec la réalité historique. Nous assistons alors à un voyage dans le passé (dans la Pologne du XVème siècle, exactement) tout en découvrant un tueur qui décime, de nos jours, tous les descendants des seigneurs félons, responsables d’une tragique épopée. Même si le dessin du Yougoslave Brada doit encore mûrir, le scénario de Frank Giroud (en historien accompli) est aussi intéressant qu’inquiétant.

Gilles Ratier