Cliquez sur l’apapreil photo pour visualiser les couvertures des albums

« Wayne Shelton T.3 : Le contrat » par Christian Denayer, Jean Van Hamme et Thierry Cailleteau

Editions Dargaud (9,45 Euros)

Récemment interrogé par mes soins sur cette reprise de la série «Wayne Shelton», Thierry Cailleteau s’exprimait ainsi : «J’ai eu l’honneur et le plaisir de voir Jean Van Hamme et Christian Denayer m’accorder leur confiance. Ce sont deux grands professionnels qui méritent le respect. Reprendre le flambeau derrière Jean était un défi très excitant, et j’ai tiré de grands enseignements de notre travail de co-écriture. Les lecteurs et eux seuls jugeront.» Qu’il soit rassuré, pour ma part j’ai été bluffé ! Autant je trouvais le personnage fade et le précédent scénario (en deux albums) écrit par Van Hamme en dessous de son savoir faire habituel car sentant le réchauffé, autant je suis enthousiasmé par cette nouvelle histoire. Wayne Shelton parcourt le monde pour payer aux héritiers de ses équipiers décédés lors de sa dernière mission la part qui leur revenait. A chaque étape, il attire tous les tueurs à gages de la planète car un énorme contrat, commandité sur Internet, a été lancé sur sa personne. Un inspecteur féminin spécialisé dans les nouveaux médias et fort agréable de sa personne lui sauve la vie à plusieurs reprises… Ca pétarade, ça dégage, ça court dans tous les sens et ça utilise de nombreux gadgets à la pointe du progrès : on se croirait presque dans «James Bond» ! On est surtout dans une excellente BD d’aventure et on espère que la collaboration Cailleteau-Denayer va continuer à nous procurer beaucoup d’autres plaisirs de lecture!

 

 

« La mémoire des arbres T.11 : Le tempérament de Marilou T.1 » par Jean-Claude Servais

Editions Dupuis (9,50 Euros)

Ce qu’on aime chez Servais, c’est ce côté un peu jauni, un peu daté, qui évoque un terroir où la magie s’apprête à surgir au détour de chaque page. Avec cette histoire de sauvageonne (un peu dans la lignée de «Tendre Violette») qui décide de se poser en épousant le propriétaire d’un bar situé à cheval sur la frontière franco-belge, nous retrouvons avec plaisir tout ce parfum d’antan et cette gaieté communicative que l’on pouvait trouver dans les meilleurs albums du dessinateur de la Gaume. Même s’il s’agit ici d’une intrigue policière, la féerie des contes et légendes n’est jamais très loin et Servais nous dresse, une fois de plus, un beau portrait de femme et une belle histoire, tout simplement !

 

« Amerikkka T.3 : Les neiges de l’Idaho » par Nicolas Otéro et Roger Martin

Editions EP (13 Euros)

Parmi les nombreux dessinateurs «découverts» par l’éditeur Emmanuel Proust, Nicolas Otéro est un des plus prometteurs. Son style classique mais influencé par les comics est en train de se peaufiner album après album. Il en est ici à son troisième «46 pages» et les progrès sont visibles dès le premier coup d’œil, même si son choix pour des couleurs violentes atténue un peu la force de son trait caricatural. En tous cas, son dessin porte parfaitement le scénario du romancier Roger Martin, considéré comme l’un des plus grands spécialistes mondiaux du Ku Klux Klan. Son histoire pleine de rebondissements est le triste reflet d’idées encore trop ancrées aux USA : les crimes racistes se multiplient avec comme cibles privilégiées les émigrants clandestins ; les responsables ne sont autres que les membres du Klan. Mais la justice est impuissante et la police complaisante. Alors, une association internationale de lutte contre le KKK fait appel à deux agents très spéciaux dont l’un va être mis à l’épreuve en infiltrant l’organisation paramilitaire du Klan : un véritable album «coup de poing» !

 

« La damnation d’Edgar P. Jacobs » par Benoît Mouchart et François Rivière

Editions du Seuil/Archimbaud (21 Euros)

Edgar P. Jacobs est, avec Hergé, l’un des monstres sacrés de la BD belge. Pourtant, sa production se résume à seulement 11 albums de «Blake et Mortimer». Alors que ces héros sont aujourd’hui repris avec succès, les spécialistes du sujet que sont Benoît Mouchart et François Rivière consacrent à Jacobs une intéressante biographie qui restitue toute la complexité de ce créateur passionné d’opéra : «La damnation d’Edgar P. Jacobs», au Seuil et chez Archimbaud. Habitués de ce genre littéraire (Mouchart s’est déjà penché sur la vie d’auteurs de BD ayant gravité autour de Jacobs comme Greg et Jacques Van Melkebecke alors que Rivière a parlé avec talent d’écrivains comme Agatha Christie ou d’Enid Blyton), les auteurs participent, avec cet essai réussi, à la célébration du centenaire de la naissance Jacobs, en mars 2004, qui va se poursuivre avec un n° spécial de Science et vie et une grande exposition au Musée de l’Homme de Paris.

 

« L’essayeur des anneaux » collectif

Editions Delcourt (12,50 Euros)

Quelques auteurs de la nouvelle génération Delcourt ont été pressenti pour pasticher le célèbre roman de Tolkien (ou plutôt le film de Peter Jackson dont le troisième volet sort en décembre !) dans ce recueil de courts récits assez inégaux. Les jeux de mots sont du niveau de celui inclus dans le titre et l’ensemble sent un peu trop le coup préfabriqué : dommage ! On se contentera donc en admirant les belles images de Manu Civiello, Paul Cauuet, Fabien Laouer, Luigi Critone, Etienne Le Roux, Guillaume Lapeyre, Fred Simon, Stéphane Créty, Olivier Milhiet, Mike et Nicolas Nemeri : les dessins qu’ils ont réalisé pour cette entreprise, eux, méritent le détour !

 

Gilles RATIER