Cleet Boris, vous connaissez ? Chanteur-compositeur de la très en vogue « Affaire Louis Trio » dans les années 1980 (« Chic planète », vous vous souvenez, c’était lui), Hubert Mounier, de son vrai nom, poursuit une carrière solo dans la chanson (Grand Huit, en 2001, produit et arrangé par Benjamin Biolay) tout en renouant avec sa passion d’auteur de bandes dessinées. Cleet Boris (il signe toujours ses albums de BD  de ce pseudonyme) sévit déjà dans le neuvième art à la fin des années 1980, en signant J’ai réussi et Le temple de la paix, chez Magic Strip puis en 1998, Super-Héros, avec David Scrima, à La comédie Illustrée.

 

Aujourd’hui, c’est aux éditions Soleil qu’il lance une nouvelle série, Créature, dont il réalise à la fois le scénario, le dessin et les couleurs. L’idée : mettre en scène la créature du docteur Frankenstein en lui attribuant une conscience torturée remontant à la nuit des temps. Elle se dit si ancienne qu’elle a oublié son nom et qu’elle a vu naître le monde. Ce témoignage, elle souhaite le communiquer aux humains, un monde dans lequel elle cherche à se fondre, tel Hellboy, le héros de Magnolia, revenu des enfers. Car l’influence des comics n’est pas loin, ni dans le fond, ni dans le traitement graphique. La créature de Cleet Boris erre sans fin, refusé par la mort, dans un monde dont il ne se sent pas si éloigné mais qui le refuse ou, en tout cas, qui refuse sa différence. Au point de le mettre à mort. Une libération pour la créature, qui peut reprendre son chemin. Cleet Boris, avec Créature, s’interroge sur notre ère technologique, qui peut, par le clonage notamment, donner la vie à de nouveaux êtres, différents mais auxquels la conscience humaine doit s’habituer peu à peu.  LT

 

 

Soleil – 12,50€