…et le reste aujourd’hui, cela malgré le retour sans fin de diverses polémiques qui tendent toujours à réduire la stature du Monsieur.

Vingt ans après, à l’heure d’un nouveau bilan, la réponse faite aux mauvais coucheurs est là, telle que nous la constatons à travers toute la presse, tant écrite que télévisuelle : le merci à Hergé n’a pas pris une ride et le regard sur son œuvre reste toujours aussi passionné.

A Bdzoom, nous avons tout particulièrement remarqué l’excellent travail effectué par la rédaction du quotidien belge La Dernière Heure : un supplément de 15 pages admirablement réalisé et offrant à ses lecteurs un point remarquable sur Tintin et son créateur en 2003 (numéro daté du jeudi 27 février 2003).

A l’heure où chacun sait qu’il n’y aura plus de nouvelles aventures de Tintin en bandes dessinées, les rédacteurs de La Dernière Heure ont donc choisi de mettre l’accent sur ceux qui furent les « Tintin » de la scène, depuis Jane Rubens (eh oui ! le premier comédien à incarner Tintin sur scène était une fille) et Roland Ravez en 1941-42 à Jean-Pierre Talbot, cela sans oublier Lucien Peppermans qui fut le premier être humain à incarner le personnage de Hergé lors du retour de Tintin depuis le pays des Soviets, en… mai 1930.

La DH a donc retrouvé une partie de ces anciens « Tintin », Jean-Pierre Talbot n’ayant pas eu la chance de son modèle : il a aujourd’hui 60 ans, a perdu une bonne partie de ses cheveux mais a gagné sur un autre plan : il est désormais un heureux grand-père !

Mais, l’actualité est aussi de mise dans l’affaire « Tintin au cinéma » lorsque Nick Rodwell, dans une interview, nous donne quelques petites informations concernant l’adaptation des aventures par Steven Spielberg. Ainsi, il n’est pas encore certain que ce soit Spielberg lui-même qui réalise le film, un long-métrage dont on annonce le budget cosmique : 100 millions de dollars ! Trois scénarios ont déjà été écrits puis abandonnés, mais mon petit doigt me dit que l’histoire que choisirait Spielberg pourrait bien être Les Sept boules de cristal et Le Temple du Soleil, ce qui serait sans doute le meilleur choix… à vos paris ! Cela dit, Nick Rodwell précise que Spielberg a carte blanche et ajoute que si ce dernier « ne parvient pas a adapter Tintin au cinéma, qui pourrait le faire ? »

Autrement, les lecteurs belges ont eu le plaisir de découvrir d’autres chapitres de ce dossier tel qu’un état des lieux en ce qui concerne les centaines d’hommages rendus par les plus grands artistes, tout particulièrement les dessinateurs de BD.

La DH effectue aussi un retour sur les lieux habités par Hergé ou encore propose la photo d’un trésor inconnu telle, une fresque gigantesque offerte par Hergé à ce qui fut son école primaire.

Après un long et passionnant état des lieux (retour à Cheverny pour une exposition, regards sur les habits « tintinesques » réservés à nos gamins, etc.), l’équipe des rédacteurs nous rappelle que « vingt ans sans Hergé », c’est long, aussi, à l’occasion de mon prochain voyage à Bruxelles, je ne manquerai pas d’aller le saluer dans sa dernière demeure au vieux cimetière du Dieweg à Uccle.

P. M.