Sur le merveilleux, Denis-Pierre Filippi en connaît un rayon ! Scénariste de la charmante série de jeunesse Un drôle d’ange gardien (avec Sandrine Revel – Delcourt) et des contes fantastiques Le livre de Jack et Le livre de Sam (avec Boiscommun – Humanoïdes Associés), Filippi est devenu en quelques années un  des scénaristes-phare des Humanoïdes Associés où il signe dorénavant 7 séries. Pour « Les 3 masques », il a élaboré l’histoire du petit Grégoire qui, confronté à un quotidien banal, se retrouve – grâce à un médaillon qu’il découvre dans son plancher – projeté quelques siècles auparavant. Il y découvre la vie de ses ancêtres, dans un monde magique où les gargouilles, qui gèrent la logistique de tout un monde magique,  sont bien vivantes mais menacées de disparition.

Ce joli récit fantastique et poétique est impeccablement servi par Etienne Jung, dont le style graphique, qui nous évoque un peu celui de Fabrice Parme (dessinateur, sur des récits de Trondheim, de Vénézia –Dargaud – et du Roi Catastrophe –Delcourt – et illustrateur du dessin animé La famille Pirate) , s’installerait avec aisance dans le domaine de l’animation, tant les physionomies et expressions des personnages du dessinateur ont des accents de cartoon et tant son trait est dynamique. Mais au delà de ce constat, il convient également de signaler l’époustouflant et somptueux travail réalisé par Etienne Jung sur les décors et recherches de couleurs.

 

Dans un registre plus délirant et plus « bondissant », La voie du Kung Fu de Grégoire Loyau (voir l’illustration de la couverture de l’album en cliquant sur l’appareil photo) peut se contempler comme un jeu video, c’est à dire par palier ! Dans L’œuf du dragon, le premier volume de cette nouvelle série signée d’un auteur profondément  amateur de culture orientale, qui avoue manger avec des baguettes et pratiquer le Kung Fu, Grégoire Loyau met en scène avec énormément d’humour une vision très personnelle de la pensée chinoise, à travers la quête fantastique et initiatique de Maître Chan, le cuisinier du Premier Monastère, parti à la recherche de l’œuf du Dragon.  Cette série d’épreuves, subies par Maître Chan avec un calme désarçonnant, est l’occasion pour le lecteur béat de découvrir une galerie de personnages et créatures  hauts en couleur, issus de la mythologie populaire chinoise, et mis en scène avec un dynamisme et une imagination débordantes.

 

Enfin, “last but not least”, Les Humanoïdes Associés ont pris l’excellente initiative de rééditer dans leur nouvelle collection les Aventures de Basil et Victoria, de Yann et Edith, qui devrait enfin –nous l’espérons – trouver un succès public à la hauteur de la qualité de cette série, qui compte à ce jour 3 tomes, publiés (en petit format) entre 1990 et 1995 chez le même éditeur.

Orphelins livrés à eux-mêmes dans les rues du Londres de la fin du xixe siècle, Basil et Victoria, et leur chien Cromwell, survivent grâce au commerce de rats notamment. C’est l’époque du long règne de la reine Victoria sur la Grande-Bretagne – l’empire sur lequel le soleil ne se couche alors jamais –, mais aussi de Jack l’Éventreur et des conditions de vie sordides pour une grande partie de la population vivant dans les quartiers populaires.

Malgré une atmosphère assez glauque, genre Dickens revisité, bien campée par Yann et renforcée par le dessin d’Édith jamais complètement finalisé et couché sur feuilles de couleurs sombres, le lecteur se prend de tendresse pour les personnages de cette série extrêmement drôle.

Les personnages de Yann et Édith ont également servi de base à une série de dessins animés « tout public » pour la télévision, Basil et Victoria étant pour l’occasion rebaptisés Orson et Olivia.

 

En 2003, la collection « Les 3 masques » sera complétée de deux nouvelles séries (parution prévue en août). La première, Piccolo, réunira Filippi et Cécil (Le réseau Bombyce) et la seconde, Les jumeaux magiques, sera signée de deux auteurs piliers de l’éditeur, Bess et Jodorowsky (déjà auteurs ensemble du Lama blanc et de Juan Solo). Gageons que nous en reparlerons. LT