Créées par Hervé Loiselet (cofondateur et ex-directeur de BoDoï) et Laurent Mélikian (ex BoDoï et Comicsworld), les éditons MGP développent l’ambition de (re)présenter au grand public, à raison d’une parution tous les deux mois, sous forme de « morceaux choisis», et dans un format album, quelques grands moments de la bd populaire. Publiées en leur époque sur des supports de presse, ces séries n’ont pratiquement jamais eu l’honneur d’être présentées en album.

Premier héros à avoir les honneur de cette redécouverte : Akim le fils de la jungle, toujours accompagné de ses fidèles compagnons animaux, Zig la Guenon, Kar le gorille, Baroi l’éléphant et Rag le  lion, dont il comprend le langage. Un petit coté « Madeleine de Proust » qui devrait ravir nombre de nostalgiques de leur période en culottes courtes. LT

Historique:

Akim(Italie) 1950.Daim Press de Roberto Renzi-Augusto Pedrazza

Pour rendre plus populaire Akim, les auteurs firent parler les animaux comme les humains. Non pas avec des sons, des rugissements… mais avec des phrases complexes, bien construites, auxquelles Akim, nommé le Singe blanc répond tranquillement, car il connaît le langage de tous les animaux de la jungle. Né dans le sillage de Tarzan of the Apes, il a plusieurs points communs avec le héros d’Edgar Rice Burroughs : Akim est lui aussi élevé par un singe, parle le langage des animaux, combat le mal, rencontre de temps en temps des peuplades mystérieuses. Akim a eu un certain succès dans les années cinquante malgré le dessin un peu approximatif des premiers épisodes. Akim est un ami sincère du monde animal et, dans ses histoires, apparaissent, bien que timidement, les sujets chers à l’écologie moderne. En France, sept cent cinquante-six petits formats d’Akim sont publiés par Aventures et Voyages entre 1951 et 1991, ainsi que dans le journal Akim Color, cent trente-trois numéros sont édités entre décembre 1967 et février 1979. CM