Rappelons que le Prix René Goscinny est attribué tous les ans à un jeune auteur n’ayant pas publié plus de trois albums en qualité de scénariste. L’an dernier, c’est Emile Bravo qui s’était vu récompensé pour Jules 2 : La réplique inattendue (Dargaud).

Cette année, les Editions Humanoïdes Associés sont à l’honneur à travers le récit d’Hervé Bourhis (qui illustre également cet album paru dans la collection Tohu Bohu), plein de tendresse et de subtilité, mettant en scène l’adolescence, ses frustrations, ses désirs et ses excès, sur fond de rêves de liberté, symbolisée, dans l’idéal de Thomas, par la période « jazzy » du St Germain des Prés des années 50.

Extrait du Communiqué du jury du Prix Goscinny – Toutes les infos sur http://www.goscinny.net

« Parmi la soixantaine d’albums parvenus aux membres du jury, quatre autres titres ont fait l’objet d’un débat passionné : Phénoménum de Jérémie Kaminka, Toussaint 66 de Kris, Inspecteur Mornoni de Guy Delisle et Tommy Egg de Eco. Les jurés ont finalement choisi de récompenser le scénario d’Hervé Bourhis qui, à 28 ans, signe son premier album.

Dans Thomas ou le retour du tabou, l’auteur aborde avec humour et tendresse le temps de l’adolescence et nous offre un livre à mettre entre (presque) toutes les mains…

… Le 10ème Prix René GOSCINNY (dédié par Anne Goscinny au regretté Guy Vidal qui nous a quitté il y a quelques semaines de cela) doté d’un trophée en bronze et d’un chèque de 5000 euros sera officiellement décerné au lauréat Hervé Bourhis lors de la soirée de remise des prix du Festival de la bande dessinée d’Angoulême ».