Le début : Alger, une communauté juive du début du XXème siècle. Au centre de l’action, le chat du rabbin. Tordant, le chat : un squelette à oreilles, une dégaine de poubelle, un goût prononcé pour la discussion – c’est un chat parlant !. En l’occurrence, il raconte à Zlabya, sa maîtresse adorée (et fille du rabbin), la vérité sur le MAlka des Lions – un cousin qui doit arriver prochainement, tout auréolé et légende. On le dit capable de dompter un lion, même les yeux fermés. La vérité, c’est qu’il a pour ami un vieux lion poussif avec lequel il a monté un numéro : le lion effraie le monde, le Malka arrive et arrange tout. Ce qui lui attire gloire et récompenses variées. En attendant, le rabbin a un problème : le consistoire israélite de France exige de lui qu’il fasse une dictée. En effet, s’il veut être agréé rabbin officiel au lieu de « juste rabbin comme ça », il doit écrire en français – pour fairte la prière en hébreu à des juifs qui parlent arabe, note le chat dans sa grande sagesse.

Notre avis : Sans trahir l’esprit du premier volume de la série – et bien que notre chat perde ici la parole – Sfar élabore un album tout en finesse. Toujours ironique et tendre, l’auteur captive son lecteur, qui s’attache à la petite histoire du rabbin et de sa famille, tout en mélant à son récit de nombreuses références religieuses et historiques.

Malka des Lions – éditions Dargaud – 9,45€