Le début : Des enfants perdus errent dans une forêt aussi hostile qu’étrange… Ils tentent de survivre avec leurs moyens, essayent de s’organiser tant bien que mal pour rester en vie.
Ils se relaient pour des tours de garde afin de ne pas se faire surprendre, tout en parlant avec nostalgie et amertume de leur passé, de leur vie d’avant… sans savoir comment la retrouver un jour.
Ces enfants essaient premièrement d’échapper aux griffes des piqueurs, tueurs de l’ombre redoutés mais méconnus, tout en conservant l’espoir d’atteindre les limites de cette forêt et peut-être de découvrir réellement où ils sont…
Mais le territoire des piqueurs semble ne pas avoir de frontière… Ils semblent condamnés à fuir leur vie durant.Mais peut-on vraiment appeler ça une vie ? Car il semble qu’ils soient déjà morts… Cette forêt ressemble à l’anti-chambre de l’Enfer où les piqueurs seraient les envoyés du Diable…Mais la vérité est ailleurs… Ces enfants sont tous dans le coma, dans le même hôpital… Leurs rêves se croisent et se rejoignent au sein de cette dangereuse forêt, projection métaphorique de leurs cauchemars et de leur lutte contre la mort…

Notre avis : L’originalité de cette histoire tient clairement (et uniquement) dans son idée : ses protagonistes sont dans le coma (le coma des enfants puisque curieusement aucun adulte n’en fait partie) et naviguent dans un univers parallèle fantasmatique et effrayant. A découvrir, en espérant que la suite sera à la hauteur de ce surprenant premier tome.

éditions Glénat – Collection Grafica – 10,99€