Heureusement, ses amis sont là pour l’aider à traverser cette sale période. Entre Bob – son collègue livreur boulimique, Luis -le tombeur des salles de muscu et Jeff -le chauffeur de taxi et ex-comique à l’humour décapant, Jean-Claude remonte la pente petit à petit.

C’est alors qu’il fait une rencontre fracassante en la personne de Mariana, une fascinante et insaisissable jeune femme. Jean-Claude saura t-il percer son mystère ? Ses compères pourront-ils une fois de plus venir à sa rescousse ? Ses talents seront-ils enfin révélés ?

Tant de questions qui trouveront certainement une réponse dans cette comédie sur l’ amitié, la misère sexuelle, l’ amour et les pizzas qui portent des noms de volcans. . .Une comédie sentimentale, pleine d’aventures surprenantes et peuplée d’une galerie de personnages curieux, drôles, et profondément humains.

LES AUTEURS

DIDIER TRONCHET

Né à Béthune, Didier Tronchet commence par étudier le droit avant d’obtenir un diplôme de l’ école supérieure de journalisme de Lille.

De 1980 à 1986, il est journaliste et publie les premières planches de Raymond Calbuth dans une revue lilloise. En 1986, il scénarise Raoul Fulgurex (qui obtient l’Alph-Art de l’Humour), série dessinée par Dominique Gelli aux Editions Glénat et lance en 1987 Les Damnés de la terre associés.

Jean-Claude Tergal commence à paraître chez Fluide Glacial en 1990. Tronchet collabore parallèlement à de nombreux magazines comme L’Echo des savanes, VSD ou Fluide Glacial chez qui il commence à concevoir d’autres BD.

En 1994, il signe un superbe roman-BD en compagnie d’ Anne Sibran, Le quartier évanoui paru chez Glénat. Peu après, il fait une entrée remarquée dans la collection « Aire libre » de Dupuis en 1997 avec Houppeland. Fanatique de bicyclette, il sort chez Plon en 2000 un Petit traité de laVVélosophie succulent.

Au total, Tronchet a fait paraître une trentaine d’albums chez cinq éditeurs différents et a remporté trois Prix de l’Humour à Angoulême ainsi qu’un Prix de l’Humour Noir.

Tronchet dispose d’un sens de la formule redoutablement efficace, d’une imagination débridée et d’un humour bien à lui. Il conjugue les talents de dessinateur, écrivain, scénariste, homme de théâtre (il a interprété seul en scène le rôle de son personnage fétiche Jean-Claude Tergal pendant un an au Point Virgule et un an en tournée), et maintenant de cinéma.

Inspiré de l’univers des BD qui ont fait son succès, c’est Didier Tronchet lui-même qui a écrit le scénario original et réalisé son premier film, Le Nouveau Jean-Claude paru en juin dernier. Les Editions Albin-Michel ont publié la bande dessinée adaptée du film en deux tomes dessinés par Jean-Louis Tripp, ainsi que le Making-offdu film, Les aventures d’un film.

JEAN-LOUIS TRIPP

Né à Montauban en 1958, Jean-Louis Tripp publie ses premières planches dans Métal Hurlant en 1977. Son premier album, Le Boeuf n’était pas mode (devenu un collector!), sort en 1978 chez Transit, puis vient la période Futuropolis, de 1982 à 1985. En parallèle, il commence chez Milan la publication des aventures de Jacques Gallard (4 tomes). En 1989, lassé d’aligner des cases, il interrompt sa production bande-dessinesque pour se livrer aux activités artistiques les plus diverses et parfois incongrues. Ainsi s’adonne-t-il à la peinture, à la sculpture (dont deux commandes publiques monumentales, béton et métal) et s’intéresse-t-il au mobilier (pièces uniques d’horloges, tables, fauteuils, lampes, etc.) ainsi qu’aux fresques en mosaïques. Il revient ensuite au dessin par le biais des livres pour enfants (Milan), de l’illustration (Flammarion, Presse Pocket, Milan, Elle, Autrement), de reportages dessinés (Air France Magazine, Automobile magazine, Toute la moto, Nouvel Observateur Cinéma, Première). Il réalise également des story boards, notamment pour des longs métrages.

C’est en travaillant avec Didier Tronchet au story board du Nouveau Jean-Claude que celui-ci lui propose de s’atteler à une adaptation en bande dessinée (merci Didier!) qui le ramène à ses premières amours. Toutes ses pérégrinations ont profondément fait évoluer son style, devenu maintenant plus libre. Il continue toutefois à peindre.

Editions Albin Michel