« Un bon scénario, c’est l’épine dorsale d’une bonne bande dessinée » dit Marijac au cours d’un des 44 (retranscrit sur plus de 300 pages) entretiens qu’a mené l’auteur avec des scénaristes contemporains, dont un certain nombre disparus aujourd’hui : Marijac, Tillieux, MAric, Lécureux, Ollivier, Duchâteau, Charlier, Martin, Pélaprat, Giscinny, Rosy, Greg, Delporte, Vidal, Godard, Fred, Christin, De Groot, Cauvin, Van Hamme, Le TEndre, Rodolphe, Harlé, Cothias, Corteggiani, Makyo, Giroud, Dufaux, Yann, Tome, Lapière, Léturgie, Dieter, Cailleteau, Autheman, Bardet, Peeters, Zidrou, Carré, Morvan, Smolderen, Chauvel, Brunschwig, Arleston.
 
Pourtant, pendant longtemps, comme le rappelle Yves Frémion dans sa préface,  seul le dessinateur d’une BD bénéficiait du statut d’auteur. Les scénaristes durent combattre et s’armer de patience avant d’être enfin reconnus.
 
C’est dire si le livre de Gilles Ratier est important : d’une part il réalise un formidable travail d’historien en recensant nombre de séries dont il identifie clairement le scénariste et d’autre part, il se place – une première – du point de vue des scénaristes pour relater l’histoire de la BD, le long des six chapitres du livre, entre interviews et textes récapitulatifs.
 
Spécialiste du genre, Gilles Ratier ne pouvait par ailleurs que profiter de la publication de cet ouvrage pour le compléter d’une bibliographie  très précise. Arrêtée au 31 décembre 1999, composée de tous les scénaristes ayant publié au moins deux séries importantes ou reconnu dans un autre domaine artistique, celle ci s’impose comme un référence pour de nombreux journalistes ou écrivains sur le sujet.
 
Précisons que la superbe couverture d’Avant la case, signée d’A. Uderzo, est tirée d’un ancien numéro de Pilote et illustre « le combat des rédac’chefs » de l’époque (et scénaristes), J.M Chalier et René Goscinny.
 
Avant la case – P.L.G. – Collection Mémoire Vive – 29€