Né à Marseille (France) le 8 juin 1939, Guy Vidal se tourne vers le journalisme dès l’âge de 17 ans. Il fait ensuite son service militaire en Algérie, période marquante, dont il évoquera le souvenir dans ses futurs ouvrages. Rentré à Paris, il reprend ses activités, collaborant avec divers journaux français et étrangers.

Guy Vidal fait ses débuts dans l’univers de la bande dessinée à la suite d’une rencontre avec René Goscinny. Ce dernier le fait entrer à Pilote où il signe de nombreux articles de toutes natures. En 1965, il rédige son premier scénario pour Pascal sous le titre Le Soldat le plus décoré du monde (n° 289 du 6 mai). Il ne se fait cependant pas une spécialité de ces récits complets historiques et préfère écrire des « Pages d’actualité » pour des auteurs aussi variés que Poppé, Alexis, Jean Solé, Georges Grammat, Martial, Peter Glay, Daniel Billon, Florenci Clavé, Jean-Claude Mézières, Antonio Parras, Jean Giraud, Goussé, Boussot, Yves Got, Jean Tabary, Patrick Lesueur, Jacky Redon et Harry North.

En 1969, Guy Vidal crée en compagnie d’Antonio Parras le aventures du médecin volant australien Ian Mac Donald, une série très vivante que l’on retrouve également en histoires complètes dans les pages de Superpocket Pilote (un album aux Editions Dargaud sous le titre Tu n’es pas le Bon Dieu, petit Chinois, 1981).

Nommé rédacteur en chef de Pilote, à la suite des troubles survenus au sein de la rédaction, Guy Vidal doit alors reprendre en main un journal dépossédé d’une grande partie de ses auteurs, une tache difficile à laquelle il s’attelle jusqu’en 1982.

Ses nouvelles responsabilités ne l’empêchent cependant pas de continuer à écrire, ce qu’il fait pour Florenci Clavé (Ned Kelly puis Les Innocents d’El Oro, L’Île aux chiens – paru en album, cet ouvrage sera réédité augmenté de photos sous le titre Sang d’Arménie – et Charlie and Boys). Toujours dans Pilote (et Pilote et Charlie) puis en albums chez Dargaud, il entame ensuite une longue collaboration avec Alain Bignon, pour lequel il conçoit Une éducation algérienne (1982), Plus Con, on tue (1983), Un malaise passager (1985), Tout le monde aime le printemps (1987) et Le Parfum des choses (1989). Signalons que les quatre premiers titres, réalisés avec Bignon, ont été réédités en 1993 aux Humanoïdes Associés sous le titre Passé simple.

Pour Morris, Guy Vidal signe en 1985 le scénario de La Fiancée de Lucky Luke, puis, en compagnie de Claude Klotz et Jean-Louis Robert – ensemble ils prennent le pseudonyme de Claude Guylouis – il rédige plusieurs histoires brèves parues dans Le Ranch maudit et L’Alibi. Par ailleurs, cette équipe travaille ensuite à plusieurs scénarios pour le petit écran.

Parallèlement, pour Okapi, Guy Vidal crée avec Jean-Pierre Gibrat la série Médecins sans frontières (trois volumes aux Editions Bayard – seul le premier, de 1988, est avec Vidal).

Il quitte ensuite les Editions Dargaud pour les Humanoïdes Associés où il est nommé directeur littéraire et reprend, en compagnie de Victor de La Fuente, Les Gringos, une série autrefois créée par Jean-Michel Charlier (six albums aux Editions Alpen Publishers puis Dargaud, 1991 à 1997).

Revenu chez Dargaud, Guy Vidal signe une monographie consacrée à Jean-Michel Charlier à l’occasion d’une exposition réalisée pour le Festival d’Angoulême, Un réacteur sous la plume, puis, en collaboration avec Anne Goscinny et Patrick Gaumer, il rédige Profession humoriste : la biographie de René Goscinny (1997).Au début de l’année, il prend du recul pour se consacrer à des travaux personnels tout en restant conseiller littértaire des éditions Dargaud.