C’est devant un parterre d’invités, parmi lesquels on remarquait surtout l’absence d’une (très) grande partie des journalistes spécialisés en BD (étaient-ils prévus ?), que les organisateurs de Paris BD ont dévoilé, le mardi 7 mai 2002, le programme et la liste des exposants et partenaires du salon de bande dessinée prévu du 1er au 5 juin prochain Porte de Versailles.

 

 Rappelons que le C.O.S.P., société organisatrice de la Braderie de Paris et de divers salons pour la maison, ayant récemment découvert que la Bande Dessinée était un secteur attractif,  a confié en janvier dernier à Bertrand Morisset, professionnel des salons, la responsabilité d’organiser à Paris une manifestation dédiée au 9ème art. Mais attention : ces gens ne sont pas des simples vendeurs de moquette ! La dimension culturelle du projet est fondamentale. Soit !

 

 Cela dit, Bertrand Morisset ayant débuté un peu tard sa prospection d’exposants («un pari osé que de démarrer les prises de contact en janvier pour un salon en juin ») s’est rapidement retrouvé, comme il le reconnaît, devant une véritable problématique de lancement. Peu d’éditeurs ont en effet répondu présent à l’appel, pour diverses raisons, tant économiques, les budgets étant bouclés, que parce qu’ils considéraient le délai trop court pour y contribuer efficacement.  « C’est compliqué et angoissant », avoue Bertrand Morisset  mais le projet est tel qu’il en devient « euphorisant ». Car les organisateurs se situent dans la durée et c’est sur la base d’un plan à 3 ans que s’est engagé le COSP. D’ailleurs, « tous les éditeurs qui n’ont pas suivi cette année viendront l ?année prochaine ». Et malgré une recette sur les stands nettement inférieure à celle escomptée, le budget Communication n’est donc pas revu à la baisse afin d’informer le plus grand nombre de la tenue de ce 1er ( ?!) salon de la bande dessinée de Paris : affichages métro et SNCF, en vitrines, en banlieue de Paris, à Bruxelles, distribution de 200.000 flyers, encarts presse dans les quotidiens nationaux ou magazines spécialisés en BD et autres messages radios sur la bande FM sont en effet prévus.

 

 Gageons que cette importante campagne de promotion attirera les 50.000 à 60.000 visiteurs sur lesquels comptent les organisateurs.

 

 Il nous semble cependant honnête, dans ces colonnes, de replacer ce nouveau salon parisien à ses justes dimensions, à savoir une entreprise ambitieuse, aux moyens importants, mais qui ne réussit pas d’entrée son pari, du moins en ce qui concerne la participation de l’ensemble des acteurs de la BD.70 exposants, regroupant éditeurs, presse, produits dérivés, fanzines et  libraires, c’est peu ! D’autant que la plupart des acteurs incontournables du secteur ne seront pas présents. Et même si les organisateurs précisent que les maisons d’édition absentes seront représentées par des libraires pour « garantir le choix de l’ensemble de la production éditoriale », nous ne pouvons adhérer à cet optimiste, au vu de la liste des exposants, dans laquelle n’apparaissent nullement Albert rené, Albin Michel, Delcourt, Dupuis et Les Humanos, où les noms de Dargaud et Le Lombard sont visiblement cités à tort et où Casterman n’apparaît finalement que sous la forme d’une participation de leur production (y aura t il des auteurs ?). Les alternatifs ne seront pas plus nombreux : si on note la présence de Vertige Graphic, Week end doux et de la structure Treize Petits Cycliste (Le Cycliste, Treize étrange, Petit à Petit), où sont l’Association, Amok Fréon, Rackam… ? Quant au nombre des auteurs présents, il devrait être de l’ordre de 200, pour un peu plus de 100 confirmés à ce jour. Ce qui laisse songeur, quand on sait que le festival de Sierre (Suisse), organisé aux mêmes dates, avec des moyens financiers sans commune mesure, accueillera pour sa part près de 120 auteurs.

 

 Alors que reste-t-il ? Après avoir évoqué nos doutes, soyons positifs sur la suite. Fluide Glacial, Glénat, Vents d’Ouest et Soleil seront de la partie, tout comme Paquet, le Seuil, Marvel et Semic. Fluide Glacial, qui joue à fond le jeu, se met à découvert et présentera pour sa part une exposition inédite d’originaux à voir pour la première fois. L’exposition sur Peter Pan, de Loisel, présentée à Angoulême, sera remontée pour l’occasion et devrait satisfaire le plus grand nombre. Nous sommes également très curieux de découvrir les dioramas Pixi (réunion de figurines dans leur univers de prédilection, avec les décors, comme le village d’Astérix). « Glamour city », de Claude Mirande et une exposition rétrospective des 40 ans de carrière de Walthéry sont également prévus au programme. Autre point fort : l’organisation d’un Cosplay, concours de déguisement sur le thème du Manga, richement doté d’un voyage au Japon.

 

 Signalons enfin que le  forum Leclerc sera, comme à Angoulême, présent dans l’enceinte de Paris-BD. La programmation et l’animation des débats sera assurée (comme à Angoulême, décidément !) par l’équipe de BoDoï.

 

 Une information pour conclure : Fluide Glacial encartera dans son prochain numéro 150.000 invitations au salon.

 

 Pour le programme officiel et exhaustif du salon, nous vous renvoyons sur le site institutionnel de Paris BD.