A la suite de cette douloureuse aventure, elle a déposé plainte, son mari a alors été immédiatement arrêté et mis en détention. Estimant les faits comme étant d’une « extrême gravité » mais tenant compte de l’absence d’antécédents judiciaires du prévenu, il s’est limité à requérir une peine d’un an de prison avec sursis.

Pour sa défense, son avocat a fait valoir que « la vie de famille des Roba n’a absolument rien à voir avec la vie de famille décrite dans les albums de Boule et Bill », ajoutant que le père du prévenu n’avait, à la suite de cette douloureuse histoire, pas donné dans la tendresse : « mon client était employé par son père dans le cadre de ses activités plastiques. Lorsque Philippe a été mis en détention préventive après son geste malheureux, son père n’a rien trouvé de mieux que de le licencier parce qu’il ne s’était pas présenté au travail ! »… aussi, devant les conséquences déjà « lourdes » du geste de son client, l’avocat a-t-il réclamé la pleine clémence…