Cette année-là, il publie chez Éric Losfeld un album intitulé Escalade. Il conçoit un an après deux bandes dessinées dans France-Soir et réalise enfin, en 1973, sa première bande historique, Nasser (textes Naaman Zakri en langue arabe – éditions Jeune Afrique), thématique qui devient bientôt sa grande spécialité. Quatre ans après, il participe à la collection Il était une fois… que produisent les éditions Fayolle et dessine cinq volumes : De Gaulle (1977), L’Europe (1979) L’Afrique-Le Togo en bref (1981), L’Afrique (1982) et L’Afrique-Le Cameroun en bref (1983).

En 1979, les éditions Futuropolis éditent un western intitulé Violence à Blue River (scénario Jacques Prévot), puis, en 1982, Jean-Marie Ruffieux est, entre autres dessinateurs, sollicité par Claude Moliterni pour travailler à une imposante collection en cinq volumes éditée par Dargaud : Les Religions de la Bible. Certaines parties dessinées par Ruffieux seront ensuite rééditées en albums classiques chez le même éditeur : David et Salomon (1986), Hérode le grand Roi des Juifs (1986), Massada (1988).

Entre-temps, Jean-Marie Ruffieux collabore avec les éditions Atlas pour La Révolution française (douze fascicules réunis en quatre volumes écrits par Laurence et Castellar et co-dessiné par Goepfert, 1984), puis entreprend, l’année suivante, Le Triérarque sans nom chez Lavauzelle, sur un scénario de Saint-Michel (un second volume paraît en 1992 chez Soleil Productions).

Il réalise en 1987, une belle adaptations d’un ouvrage de Georges Duby consacré à Guillaume le Maréchal (éditions Dargaud), puis dessine en 1990 un nouvel album consacré à De Gaulle (scénario Saint-Michel – éditions G.D.G.).

En 1989, Jean-Marie Ruffieux réalise, sur un scénario de Bruno Lagrange, un très bel ouvrage consacré à Alexandre le Grand (éditions Dargaud, réédité chez Soleil Productions en 1991).

Depuis, Jean-Marie Ruffieux se consacre principalement à l’illustration et travaille chez Hachette et Hatier-L’École des Loisirs, entre autres éditeurs.et collabore sur certains ouvrages dirigés par Jacques Mazrtin chez Dargaud.