18 novembre 1519. Le grand Léonard de Vinci se meurt au château d’Amboise, pleuré par son protégé Raphaël et par le roi François 1er. A quelques mètres de là, dans l’auberge Grandgousier et fils, le jeune François Rabelais se désespère. Impossible d’approcher le Maître qu’il admire tant. . . Le hasard, heureusement, fait bien les choses, et mène à l’auberge le Grand Inquisiteur et son escorte, venus recueillir les secrets militaires de Vinci sur son lit de mort. Rabelais et ses amis – Panurge, les colosses Gargantua et Pantagruel et le divaguant Nostradamus – estourbissent les moines et se vêtent de leurs défroques. Ainsi, ils parviennent jusqu’au chevet de Léonard, et là. . .

Il y a du Dubout dans le Rabelais de Michel  Rodrigue et Jean-Yves Mitton, du Dubout et du Astérix par son côté malicieux et débrouillard. Pour notre plaisir, le jeune Rabelais, entouré de ceux qui deviendront les héros de son oeuvre littéraire, rosse les méchants, bouscule joyeusement les servantes et entraîne le vieux Léonard de Vinci sur les traces de son unique amour, la belle Mona Lisa !

 Hors Collection.