Elle est souvent accompagnée dans ses tribulations par QP, un jeune enfant à l’esprit mûr, et par Snorky, un petit extra-terrestre de couleur verte. La plupart des histoires dessinées par Wally Wood se passent dans le décor d’une base militaire où Sally est employée comme auxiliaire.

 

Je ne suis pas celle que vous croyez

 

Voici le deuxième tome des aventures échevelées de la belle Sally, crée en 1971 pour le magazine Overseas weekly destiné aux GI américains stationnés hors des Etats-Unis, et donc fort logiquement munie de tous les attributs qui peuvent faire rêver un soldat. Avec beaucoup d ‘humour et de nombreuses références au cinéma et à l’actualité des années 60, Wallace Wood entraîne le lecteur dans ces aventures rocambolesques au cours desquelles, invariablement, la pulpeuse et faussement naïve Sally Forth perd tous ses vêtements (ce dont personne ne se plaindra). Avec Little Annie Fanny, oeuvre de Kurtzman et EIder, ce sont deux des plus grands classiques de la BD américaine qui sont enfin réedités.

 

WOOD, Wallace. États-Unis (1927-1981)

 

Wallace Wood est né à Menahga, Minnesota, le 17juin 1927. Après des études irrégulières à la Minneapolis School of Art et à la School of Visual Arts de Burne Hogarth, il fait du lettering jusqu’en 1949. Il débute ensuite une activité intense en collaborant avec presque tous les éditeurs de comic- books de l’époque. Il dessine Dennis Colt in Outer Space, trois épisodes du Spirit et une série science-fiction pour la E.C. Comics qui lui permettent de se faire connaître. Pendant douze ans, il collabore à tous les numéros de Mad, dont il devient l’un des piliers, en dessinant de délirantes parodies des plus célèbres personnages du comic strip. Il fait des illustrations de science-fiction pour Galaxy, collabore à Flash Gordon, Prince Valiant, Terry and the Pirates,en 1958 et Skymasters. Dans les années soixante, tout en poursuivant avec Warren, Gold Key, National et King, il travaille sur Daredevil de Marvel et met en place Thunder Agents pour Tower. Entre 1966 et 1969, il édite la revue Witzend et publie Sally Forth, sans aucun doute produit le meilleur et le plus apprécié pour l’Overseas Weekly, un hebdomadaire destiné aux forces américaines à l’étranger. Puis ce sera Seguno Stalker et Hercule Unbound, tous deux en 1975, et plusieurs histoires pour divers cornic books. Wallace Wood s’est suicidé en 1981.

 

Parution en juin

 

Hors Collection