C’est reparti pour un tour!
On croyait l’amnésique le plus célèbre de la bande dessinée bon pour la retraite après que son père génétique lui ait enfin confié le secret de ses origines dans « Trois montres d’argent » Trois fois hélas, tout semble à refaire
Une fois hélas pour l’homme au numéro XIII tatoué sur la clavicule, le voilà aujourd’hui mis au « secret défense » par le gouvernement des Etats Unis. Soupçonné d’être un ancien terroriste de l’Ira ayant rejoint Fidel Castro, il est accusé du meurtre du président des Etats Unis. En fait, une bombe a littéralement fait exploser Walter Shéridan dans l’épisode précédent (« Le jugement »), suite à une erreur de Frank Giordino, patron de la National Security Agency. Ce dernier voit donc d’un très bon œil XIII endosser la responsabilité de ce meurtre.
Et voilà XIII de nouveau avec un ennemi « politique ».
Deux fois hélas, son père Sean Mullway apprend ensuite (de plein gré ?) à XIII qu’il n’est pas son fils mais juste l’ami de celui ci.
Et voilà XIII de nouveau sans identité !
Trois fois hélas, à peine évadé, XIII échappe à toutes les polices des USA grâce à l’aide … d’Irina Stetlanova, meurtrière à la solde de la défunte mangouste. Laissée un peu rapidement pour morte dans « Le jugement » (Comme quoi il faut toujours vérifier !), Irina est plus que jamais décidée à se venger elle même de XIII pour l’œil qu’il lui a fait perdre.
Et voilà XIII de nouveau avec des tueurs à ses trousses !
Les choses étant ainsi remises à leur place, notre homme sans identité mais ne manquant pas d ?ennemis se retrouve gibier d’une chasse à l’homme, dont il sort évidemment vainqueur. Mais la traque n’est pas terminée …
Il serait malhonnête de déconseiller cet épisode de XIII et de trop faire les difficiles. William Vance est toujours en pleine forme. Le récit est très lisible et bénéficie du talent et du professionnalisme de Jean Van Hamme, qui n’est plus à démontrer.
Pourtant, on éprouve une déception à la lecture de cet album. Van Hamme avait jusqu’à présent habitué son lecteur à l’entraîner dans des chemins qu’il n’imaginait même pas. Or ce nouvel épisode est entièrement prévisible malgré ses rebondissements permanents. Van Hamme use et abuse des ficelles dont il maîtrise l’emploi à merveille mais qui sont de plus en plus invraisemblables. La limite étant presque franchie lorsque XIII tue un des chasseurs à ses trousses avec l’aide d’un vieux colt trouvé (!!) dans une cabane abandonné, dont il a réorganisé les balles dans le barillet, en déclarant « c’est le truc le plus éculé du far west » ! Un instant plus tard, c’est une moto que XIII découvre (en bon état de marche et le plein d’essence fait !). Bien sûr, l’hélicoptère qui le pourchasse explose mais la méchante, à la fois agent du NSA et d’Irina (ce qui lui donne plein de raison de s’en prendre à XIII), s’en échappe…
Ces réserves étant mises à part, « Secret Défense » reste un bon récit d’aventure qui contribue à rendre la série XIII incontournable.
Bref, c’est reparti pour un tour, et pour quelques albums, à la plus grande joie de l’éditeur Dargaud (qui annonce un objectif de 500000 exemplaires vendus, un record pour une série réaliste récente !) et de ses partenaires, dont La Française des Jeux, qui propose un « grattage XIII» (lire l’article à ce sujet) à 10 francs, depuis le vendredi 13 octobre.